Fluoglacial - Tendances Négatives

THE BEAT (1988)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Si j'ai tenu à mettre la main sur une des dernières VHS existantes de ce film, avant qu'elle ne soit broyée par un bulldoze-r comme dans le film de Gondry, ce n'est que pour une seule chose... Le mouvi de Paul Mones se situe dans l'ensemble, entre le mélancolique et le risible. "Par le producteur de Taxi driver", "avec John Savage vu dans The Deer Hunter" (qui a le rôle du prof fun qui comprend ses élèves), la propagande est américaine. La réalité, c'est une bande de paumés jouant au foot dans un quartier pourri de New York et se faisant continuellement courser par les niggaz de Uptown. Le combat pour la survie. La tête de con habituelle de la bande est interprétée par Paul Dillon, quand c'est pas Matt c'est Paul, et l'élément déclencheur de l'histoire est joué par David Jacobson aka Rex, l'adolescent introverti et poète qui va élever le Q.I. de sa classe de losers en un semestre (et si les kids de la rue étaient unis ? Ce serait la belle vie).



Bref, ça ressemble parfois à un épisode d'Hartley Coeurs à Vif mais ça reste amusant, surtout si vous êtes fanatique des films de jeunes fauves comme Class of 1984, Over The Edge ou The Outsiders. L'essentiel est donc le concert d'Iron Skulls au milieu du film, qui ne sont autres que THE CRO-MAGS. Tourné en 1986, 2 morceaux, "It's the limit/Hard times", accompagnés d'une folie furieuse et de vrais skins+loubards dans le public, qui n'y allaient pas de main morte avec les acteurs parait-il ahah. La rue parle. Scène vraiment culte. A noter aussi l'apparition de Porcell en t-shirt Youth of Today après le concert, à qui visiblement la piètre prestation des faux-voyous fait rire. Il n'est pas le seul.. "the beat, the beat"...

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.