Fluoglacial - Tendances Négatives

Michel Galabru contre le monde moderne !

DECODER (1984)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

MS. 45 (1981)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

LA BANDE DU REX (1980)



Elle n'avait qu'un seul nom, et son nom c'est la Zone, quan-and elle m'a dit je t'aime ! Semaine Zone 80 sur Fluoglacial avec pour débuter le festin, un film perdu de 1980, faute de n'avoir pu dénicher l'introuvable LA BRUNE ET MOI (si tu l'as tu m'intéresses). Incursion au cœur des vies de merde de jeunes loubards, fadas de rock, de moto et de flipper (l'archétype des jeunes rebelles américanisés fustigés par Clouscard dans son livre sorti l'année d'après). Le chef de la bande est joué par l'insupportable Jacques Higelin qui se la joue Jean-Claude Brialy du ghetto, et on prend cher avec la bande-son. Heureusement que STRYCHNINE, les punks bordelais y font une apparition. Lache-moi !



Higelin est projectionniste au Rex et veut monter un groupe pour y jouer. Il se connecte donc aux STRYCHNINE et les répètes pulsent. Pendant ce temps les autres branleurs font n'importe quoi. Ça déserte de l'armée, ça claque la porte de son taf, ça s'engueule avec ses parents, ça finit même par un braquo. Tout ce joyeux bordel se concentre dans un troquet de banlieue, La Javanaise, tenu par Nathalie Delon (milf force). Il y a aussi Roland Blanche en poivrot de service et Maurice Biraud en papa flic pour les tronches connues. Rayon féminin, Tina Aumont nous montre ses seins et la plastique de Charlotte Kid est fantastique, dommage, elle n'a rien fait d'autre. Finalement, le film est une pale parodie de LA RAGE AU POING et TERRAIN VAGUE, avec du rock en stock.



(Les photos du film sont ici)

DÉSORDRE (1986)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

QUICKSILVER (1986)



Pédaler pour vivre et vivre pour pédaler ! Kevin Bacon, ancien smurfeur dans FOOTLOOSE est un trader au chômage. 20 ans d'avance. Pour reprendre pied avec la réalité, il s'engage dans une boîte de coursiers. Ascensions à 15%, virages serrés, duel chronométré, free style de folie, c'est la fête du vélo dans les rues de San Francisco. Jami Gertz est mouillée... avec un truand de la cité. La drogue circule sans papiers. Larry Fishburne finit face écrasé. Mais mate plutôt ces 3 vidéos et remballe tes BMX et tes pignons fixes. Hardcore cyclisme en plein dans les dents de Thierry Adam.



THE QUIET EARTH (1985)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

ANGST (1983)



HORRORSHOW. Le compromis idéal entre l'Inspecteur Derrick et Charles Manson. Nous sommes dans une petite ville autrichienne. Un "ancien" psychopathe sort de prison après y avoir purgé une peine de 10 ans. Il a passé plus de la moitié de sa vie enfermé, le crime qui vit en lui est éternel. Perdu une fois dehors, il élabore au plus vite un plan. Une station service, un café. Il s'arrête. Deux petites souillons le dévisagent alors qu'il croque goulument une saucisse allemande. Il prend un taxi, et au moment de se jeter sur la conductrice, panique, et s'enfuit dans les bois. La musique électronique entêtante de Klaus Schulze (TANGERINE DREAM) fait vraiment son effet à ce moment.


Perdu à nouveau dans l'espace, il retrouve le chemin dans sa tête. Une grande maison calme, cachée par de grands arbres. Effraction. Il est dedans. Et lorsque ses résidentes arrivent à la tombée de la nuit, son excitation maladive est à son comble, la fête commence enfin. Elle se terminera brutalement dans un glacial couloir de la mort. Angoisse, sadisme, suspense, psychodrame, nécrophilie. L'unique film de Gérald Kargl atteint des sommets dans l'abime. Les plans, l'éclairage, le son, tout est PARFAIT et hyper en avance dans le genre. Un film ambigu, dérangeant, malsain, influence claire et nette de Gaspard Noé et du film choc FUNNY GAMES. Force est de constater que l'Europe niveau MAL est bien loin devant les USA. Le meilleur tout simplement.



LE PONT DU NORD (1981)



La rencontre d'une ex-révolutionnaire fraichement sortie de prison et d'une zonarde givrée. L'une est claustrophobe et amoureuse d'un petit voyou de bas étage, l'autre passe ses journées à défigurer les femmes sur les affiches et à défier des statues (façon Don Quichotte). La deuxième va suivre la première partout, au fil des rues et des terrains vagues, des beaux quartiers au 19ème, dans un Paris inhospitalier et dévasté, suivant un obscur jeu de pistes où victimes et dossiers troubles se mélangeront. Beau et tragique. Entièrement tourné à l'extérieur. C'est un film de Jacques Rivette (revenant de la Nouvelle Vague bla bla) et les images parlent d'elles-même. TOUT SIMPLEMENT GRIS.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

THE HIDDEN (1987)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite