Fluoglacial - Tendances Négatives

TETSUO I & II (1988-1991)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

BURST CITY (1982)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Sogo Ishii fout la merde. Ce film est un putain de bordel, la fable cyberpunk ultime. C'est un peu ce que serait devenu le monde sans Terminator. Des courses de moto à 3000 km/h façon DEATHRACE 2000, des concerts de punks ravagés (avec notamment THE STALIN), des armées de robots mutants, des dépravés, du sexe SM, et des explosions de rage et de métal dans tous les sens. Tokyo 2001, l'odyssée décadente. Punks et bikers unis contre un état nucléaire. Y'a rien à comprendre, c'est filmé comme une vidéo youtube, tout est pourri et crade, ça suinte la MST à chaque minute. Une autre culture et une autre manière de voir les choses. Intense.


GLEAMING THE CUBE (1989)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

"Si j'avais un chien avec ta face, je lui raserai le cul
et lui apprendrai à marcher à reculons"


Lire la suite

THE CHANGELING (1980)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

ACIDE

POSSESSION (1981)


Lire la suite

VICE SQUAD (1982)



Un dangereux prestoupnik (Wings Hauser et son affreuse face) coure dans la ville. Sa spécialité: attacher les filles sur un lit pour les battre avec un cintre. C'est pas très fairplay. Un jeune flic discret mais puissant, à la manière d'un Steve McQueen (Gary Swanson), le piège avec l'aide de Princess (Season Hubley), une pute estimée du quartier. Mais le fan brutal et sudiste d'Elvis a plus d'un tour dans sa santiag, il réussit à ripper. La traque est allumée. Princess va payer, et le prix cher. Sale, viol-ent, un thriller sans règles comme ils l'étaient dans les early 80's. Les trottoirs suintant de plaisir et dégoulinant de crime. Transpose le géant MANIAC dans Los Angeles en enlevant le côte horreur. Évidemment, le changement de côte perd un peu en sensations, mais Gary Sherman a fait son boulot. Dobby Dobby BIEN.



PORKY'S (1982)



Il faut rire aussi. C'est important. Le film de Bob Clark sied parfaitement à cet exercice. Conçu 20 ans avant AMERICAN PIE, tout est déjà là, une trame purement sexuelle et un maximum de blagues graveleuses. La mode de beaucoup de teen movies d'époque était une base années 50/60 (AMERICAN GRAFFITI, GREASE, THE WANDERERS). Doublement vintage donc. PORKY'S ne déroge pas à cette règle. 1954, Floride, une bande de lycéens veut absolument se faire dépuceler tous ensemble avant la fin de l'année. Le film commence très fort avec Pee Wee, le plus pervers de tous, qui mesure son pénis dès le saut du lit. BG.



Après plusieurs échecs, les jeunes seigneurs décident de se rendre au "Porky's", un bar de nuit très olé olé, pour consommer des femmes. Seul endroit quelque peu en marge au milieu des marécages. Le patron qui n'a pas volé son nom les ridiculise en leur piquant leur fric. Toute l'histoire réside maintenant dans la préparation de leur vengeance. Entre temps, le festival de conneries prend place, entre les cours de sport surréalistes, la détente à la cafet' et l'obsession perpétuelle du coït. A noter la présence de MEAT (pseudo dû à son membre proéminent ahah) aka Tony Ganios qui jouait le gros dur dans les WANDERERS. Culte.



LA SCÈNE D'ANTHOLOGIE

THE SLOG MOVIE (1982)


Lire la suite

COPKILLER (1983)


Lire la suite