Fluoglacial - Tendances Négatives

SOMBRE (1998)

EVENT HORIZON (1997)

Hellfest

SCHRAMM (1993)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

L'Enfer selon Clive Barker

The Order of Death

NAKED (1993)



Les ailes noires de la dépression planent à 15 km, au dessus des autres films, NAKED sourit mesquinement. Une scène de viol, dans une rue sombre de Manchester, c'est comme ça que ça commence. Johnny fuit pour éviter les représailles. Arrivé à Londres, il se pointe chez une ex-copine, Louise. Mais c'est Sophie qui l'accueille, une goth camée qui succombe à son charme froid et cynique. Elle ne tarde pas à se coller et donc il décolle, laissant les deux filles dans le souvenir. Il traine ses guêtres dans la rue et survit au fil de rencontres. D'abord Archie et Maggie, deux écossais perdus et dérangés. Puis Brian, un veilleur de nuit qui réfléchit beaucoup, beaucoup trop, comme Johnny. Ou encore cette serveuse de café qu'il suivra chez elle, une fille d'une tristesse si profonde qu'il n'aura aucune chance de pénétrer son âme.

LA BIDON-ANNONCE
L'APOCALYPSE SELON ST. JOHNNY

David Thewlis est bluffant dans ce rôle de zonard au Q.I. plus qu'élevé, drogué à la littérature et à l'art de la séduction. Parallèlement à lui, quelques moments de la vie de Greg Cruttwell sont évoqués, une sorte d'English Psycho, yuppie sadique, provocateur et libertin, 7 ans avant le film de Mary Harron. Ils se rencontreront lors de la scène culminante du film, sûrement la meilleure réalisation de Mike Leigh, digne d'une tragédie grecque. La joie de vivre est dans le coma pendant 2 heures, troquée contre le pur réalisme anglais qui offre une vision de la vie à 666°, philosophique, sexuelle, sociale, économique... Les dialogues sont d'une élaboration plus que savante, drôles et assassins. Le fond est noir et accablant, aucune solution n'est imaginée comme le démontre l'anti-héros en s'échappant continuellement, simplement une fuite infinie vers l'avant.



Maggie: Have you ever seen a dead body?
Johnny: Only me own.

Sophie: What is a "proper relationship"?
Louise: Living with someone who talks to you after they bonked you.

Johnny: You're guarding space? That's stupid, isn't it? Because someone could break in there and steal all the fuckin' space and you wouldn't know it's gone, would you?
Brian: Good point.

Sophie: You shouldn't stick anything up your cunt that you can't put in your mouth.

Johnny: You can't make an omelet without cracking a few eggs. And humanity is just a cracked egg. And the omelet stinks.

IN CHINA THEY EAT DOGS (1999)



Si t'es assidu du blog qui dit des trucs pas gentils, tu sais que je vibre devant les films danois (pas le dogme malheureux), le drame façon PUSHER ou BLEEDER, et la comédie façon ADAM'S APPLE ou THE GREEN BUTCHERS. Eh bien avec I KINA SPISER DE HUNDE de Lasse Spang Olsen, c'est du 2 en 1 mon pote. Violence désinvolte, humour noir et cascades, avec à la tête du cortège, Kim Bodnia évidemment. Son style sobre et massif le rapproche complètement de Lino Ventura. D'autant qu'ici, il n'y a pas une seule scène où il n'est pas en train de grailler. La puissance du bourpif te rappelle pas un certain tonton flingueur ?



La trame est décousue dès le début. Donc lis le script ailleurs. Deux femmes vénales. Une cuisine de restaurant. Des apprentis-gangsters. Arvid, homme abattu, essaie de se racheter avec l'aide de son frère Harald, un semi criminel. Il va s'apercevoir, après avoir braqué un fourgon blindé et sorti un détenu de prison (enfermé à cause de lui), qu'il s'est fait une nouvelle fois berné sur toute la ligne. Mais sous l'influence d'Harald, il va redevenir maitre de sa vie (et de sa femme!). Une fine équipe que voilà, entre les cuistots débiles, l'immigré clandestin Vuk, qui prend tout dans la face (four micro-ondes, placard, voiture, etc.), la bande de serbes locale, et la gâchette ultra facile d'Harald. Ça déménage. Les dialogues sont géniaux. La fin est surprenante. Si t'apprécies Guy Ritchie, là tu vas être servi.



OLD MEN IN NEW CARS est la suite de 2002. Il s'agit encore de sortir un type de prison, le fils du mentor d'Harald doit venir au chevet de son père, mourant. Classique. Sauf que quand les cuistots-gangsters remettent le couvert, ça éclabousse. Plus d'action, de damages matériels et psychologiques, l'amour impossible entre un maniaque tueur de femmes et une blonde suicidaire, un concours gastronomique de craquelins, des vilains serbes encore plus collants et un plan d'attaque magistral. Bref, c'est encore rigolade sur rigolade pour une action-comédie fraiche comme jamais. Ose l'exotisme.

BLOOD IN BLOOD OUT (1993)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

PARFAIT AMOUR ! (1996)


Lire la suite