Fluoglacial - Tendances Négatives

Ni-hi-listes !


STONE (1974)



Lire la suite

Hasn't the weather been strange ?


Il n'y a rien dans le journal.



« Soumis à l'impératif de nouveauté les évènements ne se suivent pas mais se concurrencent; un jour ne suit pas l'autre, il le gomme et le supplante. Ce qui vient après, c'est ce qui vient à la place. Le tissu chronologique se déchire; l'actualité est un présent absolu sans héritage et sans avenir. Un fait passé est fini, ringard, comme on dit d'un champion déchu ou d'un vêtement démodé. Sous l'égide des médias, la mémoire et l'oubli échangent leurs prérogatives: l'oubli est une faculté, une bonne amnésie est exigée de tous les téléspectateurs, alors que la mémoire apparaît de plus en plus comme un archaïsme, le témoignage inutile d'une appréhension du monde désormais révolue. [...] L'effet des médias est avant tout un effet de lassitude, l'accoutumance l'emporte sur l'hypnose. Le public est fatigué: les nouvelles ne le sortent pas du quotidien; elles y font, au contraire, entrer les réalités les plus monstrueuses, en imprimant à celles-ci le tampon du déjà-vu.
L'homme moderne a souvent ce mot étrange: "Il n'y a rien dans le journal, aujourd'hui." Rien qui se détache, rien qui intéresse, rien qui retienne l'attention. [...] En tant que public, nous n'avons en effet qu'une exigence: celle du nouveau. [...] Mais justement, plus nous consommons d'images, et plus, face à l'actualité, nous avons tendance à faire la moue d'un enfant gâté qui a déjà cassé tous les jouets, et que presque rien n'étonne. »

Au coin de la rue, l'aventure, Pascal Bruckner & Alain Finkielkraut, 1979.

Grown Younger



LUST FOR YOUTH fait partie de cette petite clique subversive de Copenhague qui tourne autour de Posh Isolation Records et donne dans la noise, l'industriel et le power electronics. Le duo (Norrivde et Rahbek), qui a viré sa part féminine, se retrouve aussi derrière des projets répondant aux doux noms de Viking Jews, Sexdrome, Caucasian Colony ou encore War, dont j'avais parlé . Sur ce deuxième album, Growing seeds (sorti chez Avant! comme le précédent "Solar Flare"), le groupe se radiophonise et ça marche, puisque leurs fichiers sont arrivés jusqu'à mon ordinateur. Un décalage entre le chant, le beat et les compositions, qui a du charme. Ils ont laissé tombé les rythmiques de Thor et les pistes sans titre de 8mn où ils se contentent de gratter un micro avec du papier de verre pour composer des hits électro-nordiques tristes: Behind curtains, Cover their faces ou des parodies de singles comme It's you et Champagne. Sombre et raw.

LFY - Behind the curtains
LFY - Neon lights appear
LFY - Solar flare

LUST FOR YOUTH takes part in that small subversive clique from Copenhagen that revolves around Posh Isolation Records and that's into noise, industrial and power electronics. The duo (Norrivde and Rahbek), who evicted their feminine side, are also behind projects that respond to sweet names as Viking Jews, Sexdrome, Caucasian Colony or War, which I wrote about here. On this second album, Growing seeds (released by Avant! like "Solar flare"), the band wants to be on radio and it works, since their files found their way to my computer. A shift between singing, beats and compositions that's charming. They dropped the Thor rhythmics and the 8 minutes untitled tracks where they just scrape a microphone with sandpaper to compose Nordic electro-sad hits: Behind curtains, Cover their faces or single spookfs like Modern life and Champagne. So Dark and so Danish.

Lire la suite

DIE BRÜCKE (1959)


Lire la suite

C&C



Après deux jours de cagnard et de bières de festival, la gueule des survivants de Villette Sonique n'était pas très belle à voir ce dimanche soir au Trabendo. La salle de concerts a ré-ouvert après travaux le mois dernier, mais j'ai pas trop capté ce qui avait changé. Excepté les ponts en métal au milieu de la forêt qui nous offrent 30 secondes d'aventure pour y accéder. La patrouille de sécurité Royal Wear semble débordée alors qu'il n'y a personne dans la salle. GEORGE ISSAKIDIS, le DJ grec, en combo festival (catogan, t-shirt sans manches, pantacourt) est derrière son ordinateur et joue des morceaux aussi chiants que le set d'I:CUBE quelques heures plus tôt et nous font espérer l'invasion des anglais au plus vite. Les horaires sont au point. 00h30: CHRIS & COSEY, respectivement 59 et 61 ans (le public s'en ressent évidemment), pénètrent sur la scène.



Son de patron d'entrée. Le sol de la salle vibre sous l'assaut des basses des 2 anciens Throbbing Gristle, qui avaient bien fait de prendre le large dès 1981. Chris Carter est assis à la tour de contrôle et tyrannise la piste de danse. Cosey Fanni Tutti est debout au micro avec sa guitare d'enfant et sa trompette de poche (un argument de plus pour Die Selektion). Je ne sais pas si elle met toujours le feu à sa minette mais elle joue maintenant la carte de la sobriété. Entre tango païen et techno primitive, ça fait plaisir d'assister à une grosse heure de pure Electronic Body Music vidée de tous ses parasitages (goth, cyber, geek). Même si dance industrielle = VJ tribal en fond visuel. Chair, sueur, battement; le rendez-vous européen avait bien lieu hier soir. ITAL performe ensuite, il est américain et sa techno toute cassée ne peut donc pas rivaliser. C'est l'heure de rentrer.

CHRIS & COSEY - Heartbeat (1981)
CHRIS & COSEY - Driving blind (1984)
CHRIS & COSEY - Morning (1985)
CHRIS & COSEY - Rise (1989)
CHRIS & COSEY - Pagan tango (1991)

Villette Sonique



« Imaginez-vous le désordre incomparable qu'entretiennent dix mille êtres essentiellement singuliers ? Songez à la température que peut produire dans ce lieu un si grand nombre d'amours-propres qui s'y comparent.

Paris enferme et combine, et consomme ou consume la plupart des brillants infortunés que leurs destins ont appelés aux professions délirantes... Je nomme ainsi tous ces métiers dont le principal instrument est l'opinion que l'on a de soi-même, et dont la matière première est l'opinion que les autres ont de vous. Les personnes qui les exercent, vouées à une éternelle candidature, sont nécessairement toujours affligées d'un certain délire des grandeurs qu'un certain délire de la persécution traverse et tourmente sans répit. Chez ce peuple d'uniques, règne la loi de faire ce que nul n'a jamais fait et que nul jamais ne fera. C'est du moins la loi des "meilleurs", c'est-à-dire de ceux qui ont le cœur de vouloir nettement quelque chose d'absurde... Ils ne vivent que pour obtenir et rendre durable l'illusion d'être seuls, car la supériorité n'est qu'une solitude située sur les limites actuelles d'une espèce. Ils fondent chacun son existence sur l'inexistence des autres, mais auxquels il faut arracher leur consentement qu'ils n'existent pas... Remarquez bien que je ne fais que de déduire ce qui est enveloppé dans ce qui se voit. Si vous doutez, cherchez donc à quoi tend un travail qui doit ne pouvoir absolument être fait que par un individu déterminé, et qui dépend de la particularité des hommes ? Songez à la signification véritable d'une hiérarchie fondée sur la rareté. »

Monsieur Teste, Paul Valéry, 1926.
(Illustration: William Hogarth, 1743)

Musiques pour Grandes Villes



Themes for Great Cities est un nouveau label allemand qui empreinte son blaze au titre le plus expérimental de Simple Minds, avant que le groupe ne se mette à jouer de la pop de stade. Les gars de Düsseldorf ont une longue histoire électronique derrière eux et produisent donc des groupes qui sortent un peu des carcans de la NDW ou du simple revival années tchatre vingt. Créé en 2009 mais réellement actif depuis l'année dernière, 6 disques sont sortis de leur usine. 2 compilations EP intitulées Mogul présentent leur écurie: Jantronix Schulte, E.A.R.L., Montezumas Rache ou encore Tolouse Low Trax qui sévissait déjà dans l'electro stressant. Leur premier vinyle concret est "Lagerfeuer Tanz" de Wolf Müller, une espèce de 'world electro' qui aurait pu figurer chez ZE Records. Mais venons-en au fait, les 2 groupes têtes de gondoles de la boîte sont NEUSTADT et STABIL ELITE. Les premiers sortent "Drohgebärden", une froide menace, en 2011; leur concept: refaire 1981 avec le recul et le matériel d'aujourd'hui. Über bien. L'élite stable, après le EP "Gold", vient d'offrir "Douze pouze" au monde (licencé chez ITALIC records). Non je ne citerai pas le terme "krautrock". La wertkritik se casse les dents sur leur son, parfait compromis entre la décontraction de l'ère musicale actuelle et les aventures sonores des 70's. Tu peux pas faire plus allemand.



Themes for Great Cities is a new German label that took its name from one of the most experimental track of Simple Minds, before the band starts playing stadium pop music. The boys from Düsseldorf have a long electronical history behind them, and thus produce a few groups that come out of the NDW shackles or simple 80's revival. Created in 2009 but really active since last year, 6 records have already came out of their factory. Two EP compilations titled Mogul introduce their stable: Jantronix Schulte, E.A.R.L., Montezumas Rache or Tolouse Low Trax who already raged in the stressful electronica. Their first concrete vinyl is "Lagerfeuer Tanz" from Wolf Müller, a kind of 'world electro' that could've been included in ZE Records catalog. Let's get to the point, their two aisle end display bands are NEUSTADT and STABIL ELITE. The first ones released "Drohgebärden", a cold threat, in 2011; their concept: do 1981 again with the retrospect and hardware of today. Über good. The stable elite, after the "Gold" EP, just has offered "Douze pouze" to the world (Under ITALIC records license). No I won't mention the "krautrock" term. The wertkritik breaks its teeth on their sound, the perfect blend of relaxation usual in our current music era with the sound adventures of the 70's. You can't do more German.






EXPO/GOLD
ECOUTE/LISTEN
REGARDE/LOOK

CONCOURS TRISTESSE



Si tu veux gagner une place pour le concert de Die Selektion/Bonjour Tristesse organisé par La Forme Lente et Bunker Bal le 1er juin à La Mécanique Ondulatoire:

- Nomme 3 amants de Françoise Sagan. Name 3 Françoise Sagan lovers.
- Bonus: Détermine l'orientation sexuelle de Luca Morte (chanteur de Die Selektion) Determine Luca Morte's sexual orientation (Die Selektion singer)