Fluoglacial - Tendances Négatives

HARDCORE 2013 (part.I)



ANTIDOTE - No peace in our time (Bridge 9)

Visiblement, les vieux roublards de NY n'ont pas lu le douzième commandement du hardcore: "Thou shalt not come back". Et finalement, c'était pas une si mauvaise idée. Le disque est cool et sorti par un vrai label. La "hate machine" n'est pas si probante que sur leur mythique EP de 1983 mais le résultat est tout de même moins catastrophique que leur essai alternatif de la fin des années 80 ou leur retour hard. L'anti-attitude est toujours là.

ANTIDOTE - Live for nothing

Obviously, the old rogues from NY did not read the twelfth hardcore commandment: "Thou shalt not come back." And finally, it was not such a bad idea. This record is cool and released on some real label. The "hate machine" is not as convincing as their mythical 1983's EP but the result is still better than their strange alternative test of the the late 80s or their previous hard rock come back. The anti-attitude is still there. They're not like the others.

Lire la suite

United Fucks



BENT LIFE - The hard way (6131)

Le principal intérêt de ce disque est de savoir que Spoiler dessine toujours des pochettes de groupes et même si c'est tout le temps la même depuis 2007, ça fait toujours bien sur le CV. Et surtout ça situe d'entrée le style du groupe. Il y aura du groove, des mosh parts et un mec qui ne golri pas au chant. Au moins un des trois. Ce groupe de Lincoln Nebraska a choisi la voie dure et s'amusent à reprendre Antidote. Quelque chose doit être fait. Ce disque est sorti il y a presque un an.

The main interest of this record is to remind us the existence of Spoiler drawings, even if he does the same cover since 2007, it's always a good thing to have him on his record. And above all, we know from the start how the band wil sound. There will be groove, mosh parts and a not-so-funny guy singing. At less, one of the three. This band from Lincoln, Nebraska chose the hard way and like to cover Antidote. Something must be done. This short-lenght is out for almost a year.

Lire la suite

Am sick !


Intro Resilience


Playlist #32: MOB JUSTICE



01 - RICK WAKEMAN - Sheer terror
02 - EMPIRE OF RATS - MMXII
03 - VULGAR DISPLAY - No God here
04 - FORESEEN - Paving the way
05 - BRUTALITY WILL PREVAIL - The path
06 - POWER TRIP - Suffer no fool
07 - AVALANCHE - Suns
08 - TURNSTILE - Figure it out
09 - WORLD WAR 4 - Can't take it
10 - THE RIVAL MOB - Boot party
11 - THE BOSTON STRANGLER - Locked inside
12 - REDFLESH - Raw war
13 - SLUG GUTS - Order of death

Devil's Creek breakdowns !

LIVE... SUBURBIA: The Quest for Cool



Ce livre pourrait être celui de plein de kids, américains ou pas, passés du bi-cross agressif au skate, du heavy metal au hardcore, du punk au straight edge,... entassés dans des caisses pour bouger aux concerts, chillant devant des vidéos de skate, dans des chambres de potes, des parkings... un skate sous le bras, un seveninch sous l'autre... L'histoire de la quête du cool à travers la période bénie de l'adolescence. Une génération sacrifiée ? Au-delà d'un segment de marché en tous cas, une aventure unique et obligée. Ce livre est d'ailleurs l'occasion de nous poser la question: IS THERE LIFE AFTER YOUTH ?

This book could have been the journal of a lot of kids, American or not, went from aggressive BMX to skate, from heavy metal to hardcore, from punk to straight edge... packed in cars moving to shows, watching skate videotapes, chilling in mate's bedrooms, in parking lots... a skateboard under the arm, a 12" below the other... This is the story of the quest for cool through the blessed period of teenage. A lost generation? More than a market segment, an unique and unavoidable adventure. This book is also an opportunity to ask us the question: IS THERE LIFE AFTER YOUTH?


Lire la suite

Freak City



DJ Criminal est le robot dessinateur derrière la firme Freak City Designs, localisée dans la grande ceinture de Bordeaux, cité radioactive de par son logo. Il n'a besoin de s'associer à aucun humanoïde de la com' pour faire hurler son métal. Ses logos, couvrantes, affiches, sérigraphies et designs en tous genres se répandent dans les égouts de la contre-culture depuis 2005. Il vient juste de torcher la nouvelle bannière anti-estivale de Fluoglacial. Alors, sens-toi libre de le contacter si tu as un biz à lui proposer.

DJ Criminal is the cyborg drawer behind the Freak City Designs firm, located in the great belt of Bordeaux, the city with a radioactive logo. He does't need to associate with any humanoid from the communication field to spread his heavy metals. His logos, covers, posters, serigraphs and designs of all kinds are spilling in the sewers of the counter-culture since 2005. He just wrapped up the new anti-summer banner for Fluoglacial. So, feel free to get in touch with him if you want to talk business.

www.freakcitydesigns.com



Moshing is not a Crime



Le premier album de FIRE & ICE sur REAPER records donne dans l'artwork spatial (Not of this earth), passage obligé après les bonhommes de rues, les briques ou les images épiques. Là n'est pas le problème, ils maintiennent carrément le standard américain sur ces 12 titres. Toujours des rythmes cassés, "History repeats" mais eux ne répètent pas le traditionnel 2 couplets/1 mosh part, et ce depuis 2008 maintenant. Ils reprennent les choses là où DOWN TO NOTHING les avait laissé, à Richmond en Virginie. Groove blanc comme l'intro de "Devil's inside", ça se sent que c'est un ancien Leeway qui a enregistré l'album, on se croirait sur "Desperate measure" part.II. A partir de "Numb", l'album prend une tournure plus musclée et les riffs de guitare se décuplent pour inciser la piste de danse. Il aurait simplement fallu stopper l'album après "Smash your crown"... Bust!

FIRE & ICE - Numb

The first FIRE & ICE album (on REAPER records) gives us space artwork (Not of this earth), the gateway after the wandering street figures, bricks or epic images. That's not the problem here, they maintain the American standard squarely on these 12 tracks. Always breakin' rhythms, "History repeats" but they don't repeat the traditional two verses/one mosh part, and now since 2008. They're picking up the things where DOWN TO NOTHING had left them, in Richmond, Virginia. White groove as the "Devil's inside" introduction, not an accident that an ex-Leeway member recorded this album, it's like a "Desperate measure" part.II sometimes. From "Numb", the record takes a more aggressive turn and guitar riffs are increased to incise the dance floor. The full-length simply just had to stop after "Smash your crown" ... Bust!

Lire la suite

MAKING A (NYHC) SCENE



Bri Hurley débarque à NYC en 1983, avant ses 21 ans, elle découvre alors la scène hardcore, et les sauvages qui la composent; ceux qui jonchent les trottoirs du CBGB tous les dimanches après-midis. Après un début timide dans la photo à San Francisco, elle passe à l'action et décide d'immortaliser ces tronches et ces tranches de vie, puis commence à traîner avec tous les groupes et futures légendes de l'époque. En 1989, elle sort un livre intitulé "MAKING A SCENE" qui regroupe des clichés et témoignages capturés entre 1985 et 1988, l'âge d'or de la scène hardcore New-Yorkaise. Le livre vite épuisé tombe dans l'oubli. L'année dernière, Chris Daily, de Butter Goose Press, décide de redonner une chance à ces photos en proposant une version actualisée et agrémentée du bouquin, il sort en octobre dernier. Préfacé par Freddy 'Créatine' Madball, l'ouvrage se refait une peau neuve. J'ai posé quelques questions à Bri, qui fait maintenant de la gym en Californie.

Bri Hurley arrived in NYC in 1983, before her 21st birthday, then she discovers the hardcore scene, and the wilderness around; littering the CBGB's sidewalks on sunday afternoons. After a shy start in photography back in San Francisco, she takes action and decides to immortalize these ugly faces and these slices of life, and begins to hang out with all bands and next legends of that time. In 1989, she released a book entitled "MAKING A SCENE" which includes photographs and stories captured between 1985 and 1988, the golden age of NYHC. The book sold out quickly and fell into oblivion. Last year, Chris Daily, from Butter Goose Press, decided to give back a chance to these pictures by offering an updated and embellished version, that came out last october. Foreworded by Freddy 'Creatine' Madball, the book is getting a makeover. I asked a few questions to Bri, now practing gym in California.


L'INTERVIEW EST À LIRE ICI (ET DANS LE N° V6N4 DE VICE)

Lire la suite

WORLD MOVES (TOO) FAST



Putain, ENFORCERS viennent de Montréal, c'est donc le meilleur band français actuel. End of time est un disque de 6 pistes, aussi lourdes que 50 euros de courses chez Lidl. L'entame de Out of time est un coup de marteau sur la tête de Scott Vogel, pas de paix d'esprit, c'est la guerre de la danse. Les boys font même les malins avec un break en arpège. Grouve. La double guitare est super agressive, le chant est dosé, le batteur met bien la drum, ça 'pogne les nerfs' comme on dit là-bas. All I am est un clin d’œil à Breakdown, tandis que l'intro de Black sheep est un gros vol de Cro-Mags. Crossover... Y'a des bruits de cataclysme après chaque morceau, la fin est là. Je le remets jusqu'en 2013.

Damn, ENFORCERS are coming from Montreal, so this is the best current French band. End of Time is a 6 tracks record, as heavy as 50 euros shopping at Lidl. The introduction of Out of time is a hammer blown on the head of Scott Vogel, no peace of mind, it's war dance. The boys even try to outsmart with a break in arpeggio. Grouve. The dual guitar is super aggressive, singing is dosed, the drummer pulls it, that 'pogne les nerfs' as they say over there. All I am is a nod to Breakdown, while Black sheep beginning has been stolen from Cro-Mags. Crossover... There are rumors of disaster after each track, the end is near. I'll put it back until 2013.

Lire la suite

Playlist #29: Christmosh



01 - RUCKUS - Dead weight (Of malice and man)
02 - EMPIRE OF RATS - We're dead (No peace)
03 - RUDE AWAKENING - Erosion (Demo)
04 - BACKTRACK - Erase the rat (Darker half)
05 - HOUNDS - Changes (Still holding on)
06 - INHERIT - Desire to grow (S/T)
07 - SACRED LOVE - Dividing lines (Dividing lines)
08 - THE RIVAL MOB - My culture (Striving Higher V/A)
09 - BUNKUM - Loubard de lotissement (And everything goes crazy)
10 - RINGWORM - Leviathon (Split w/ Mindsnare)
11 - RETALIATE - The dance (Thorns witout a rose)
12 - TWITCHING TONGUES - I fell from grace feet first (Sleep therapy)
13 - FOOSE - Last man standing (Are we stronger)

Itwas2011

SHEER TERROR : Who cares about the fuckin' streets.



Just can't hate enough! Les Depeche Mode du hardcore se donnent à fond dans une entrevue mémorable où Paul Bearer, le leader le plus aigri du New York Hard Core, se met top niveau agressivité. Warzone, Sick Of It All, la gentrification du Lower East Side, le concept de scène, les problèmes de Paul, le racisme, la bannière étoilée, The Cure, Bad Brains, Spike Lee, etc. Délits d'opinion et démontage de faux en règles. Get on with your fucking life.

Just can' t hate enough! The Depeche Mode of hardcore give themselves hard in a memorable interview where Paul Bearer, the most angry leader of New York Hard Core, puts himself on top level aggressiveness. Warzone, Sick Of It All, the gentrification of the Lower East Side, the concept of a scene, Paul's problems, racism, the American flag, The Cure, Bad Brains, Spike Lee, etc. Crimes of thinking and dismantling of posers is the program. Get on with your fucking life.

SUBURBAN VOICE #29, 1990.

Konflikt !!

Spring Breaks



TWITCHING TONGUES - Insane & inhumane (BHDW) 9/10
Localisation: Los Angeles, USA.
Recherche artistique: 10/10 - Ahahah.
Investissement lyrique: 8/10 - Roch Voisine meets Peter Steele.
Composition musicale: 9/10 - Only Living Witness puissance IV.
Justesse vocale et swing: 9/10 - The Soprano.
Sommet de l'interprétation: Insane confinement razor nightmare

Lire la suite

March Of the Skull Heads



AMENDS - Bastard sky

Wilkes-Barre n'est pas une bourgade inconnue des fanatiques de musique hardcore. Ce groupe de jeunes pédés n'est pas CRO-MAGS non plus mais leur façon de marteler une caisse claire et les cordes d'une basse les place dans le groupe de tête. La voix est un peu chiante mais la pochette est cool. On se croirait en 2005, soudain.

Lire la suite

Je vois l'Amérique semer le désastre.



Pete Steele repose en paix. Pour combler le vide que laisse TYPE O NEGATIVE, le co-fondateur et batteur du groupe Sal Abruscato met LIFE OF AGONY de côté pour sortir ce truc en solo. A PALE HORSE NAMED DEATH. Le nom est aussi grotesque que la pochette (et que le titre de l'album d'ailleurs: And hell will follow me) mais la musique est la symbiose du rock gothique de rue des années 90. Le diable est dans le placard, pas de doute, Brooklyn est toujours là. Un champ lexical de la mort pour 10 morceaux aussi noirs que ton cœur.

A PALE HORSE NAMED DEATH - To die in your arms
A PALE HORSE NAMED DEATH - Die alone

Lire la suite

D on't M ean S hit.

Hardcore 2011



NEW LOWS - Harvest of the carcass
Ce groupe de Boston a franchi une étape sur la route sinueuse de la violence sonore et assiège la masse (tel Alain Soral sur un plateau de télévision). L'intro de "The pounding and the hollering" est tout simplement monstrueuse. Mélange CARCASS avec du hardcore, de la crasse, et échauffe-toi sur le plagueground. 10 morceaux, 26 minutes. C'est actuellement le groupe le plus brutal du circuit.

Lire la suite

AHC



La compile tant attendue du label TRIPLE B est enfin disponible digitalement. 14 groupes AMERICAINS pour 14 titres HARDCORE plus ou moins convaincant. FREE SPIRIT attaque avec un hardcore nostalgique des années sans alcool, FOUNDATION pratique un son dur disons "new school" et BACKTRACK balance du groove pour les pauvres avec malheureusement un son un peu merdique. EIGHTFIFTEEN c'est naze, VIOLENT SIDE ça rigole pas, ROTTING OUT c'est pas mal. On arrive aux pistes que certains ont été jusqu'à acheter sur Itunes (lol), Disguised de BITTER END est encore plus relou que leur style habituel... WOLF WHISTLE n'ont pas inventé le chauffage, et CRUEL HAND opèrent le chemin inverse, un son démo après 2 albums, ben alors ? 2ème achat potentiel sur Itunes, Half empty de FIRE & ICE, ce groupe est de plus en plus fort. THOUGHT CRUSADE ne vaut pas NFAA et c'est déjà le meilleur titre de l'artistes/variés, POWER TRIP - Le marteau du doute. Tu connais déjà, personne peut test. Pour finir, Nice try de THE RIVAL MOB (mmm) et une pop-punkerie avec TITLE FIGHT. Trop d'attente... On enchaine.

Lire la suite

L'École des Cadavres vol.II



THE RIVAL MOB - Hardcore for hardcore (Lockin' Out) 8/10
Localisation: Boston, USA.
Recherche artistique: 10/10 - Quand on ne peut pas faire mieux que XRubensX...
Investissement lyrique: 8/10 - Hardcore for Hardcore, and U.S.A. for U.S.A. !
Composition musicale: 7/10 - NYHC '89 de branleur à fond, breaks marteaux croisés.
Justesse vocale et swing: 7/10 - Gnarly !
Sommet de l'interprétation: Land of the free

Lire la suite

L'École des Cadavres vol.I



ALPHA & OMEGA - Life swallower (6131) 7.5/10
Localisation: Los Angeles, USA.
Recherche artistique: 7/10 - Classique mais haut de gamme.
Investissement lyrique: 5/10 - Seul contre tous dans un monde semé d'embuches.
Composition musicale: 8/10 - Le groove n'est jamais là où tu l'attends.
Justesse vocale et swing: 10/10 - N'a plus rien à envier à George Blacklisted.
Sommet de l'interprétation: Fueled by sin, Stand alone

Lire la suite

This is Hardcore.

Broken.

Best Of Trash.



Vers 1995-1996, la chaîne M6 commence à diffuser tard dans la nuit, le jeudi en général, toutes sortes de clips alternatifs plus ou moins merdiques venus des USA. Pour les collégiens comme moi qui n'avaient pas MTV, ne soupçonnaient pas encore l'existence d'Internet et avaient un accès et des connaissances musicales limitées, ce fut l'ouverture de nouveaux horizons. Une aubaine d'avoir assisté sur une chaine de télé grand public à ce qu'on ignorait encore à l'époque, l'invasion du mainstream, le rêve américain et son pourrissement, qui tournaient à bloc sur nos VHS usagées. Entre dictature du fun et mouvance mauvais garçons, quinze ans plus tard, allume M6 à la même heure et observe l'alternative... Du milieu des années 90 à l'aube des années 2000, voici par quelles grandes phases le son électrique et rebelle des jeunes a évolué.


LA DÉMOCRATISATION DU HARDCORE


Lire la suite

Equipe de France - Down by Law

Socca Mosh

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

Desperate Measures

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

Playlist #17 : Apocalypse 1999



Fuck 2012

01 - STARKWEATHER - Tumult
02 - ALL OUT WAR - Cross of disbelief
03 - CATHARSIS - Every man for himself and gods against them all
04 - BENEATH THE REMAINS - Murder of millions
05 - CONGRESS - Grief (deal with death)
06 - MAYDAY - Victim
07 - IRONSIDE - Reflections on the death of conscience
08 - CONFUSION - Distorted visions
09 - HARD RESPONSE - Nothing remains
10 - ENRAGE - Nothing but pain
11 - IN COLD BLOOD - War is waged
12 - KICKBACK - Triumph
13 - FRAGMENT OF REALITY - Kingdom of Evil

ARMAGEDDON

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

C'est le meilleur disque hardcore depuis un moment. Dès le premier riff d'Armageddon blues tu sais que POWER TRIP n'est pas là pour faire le fan. L'envolée thrash vocale suivi de ce groove dévastateur te balance l'univers impitoyable de Dallas à la face. Crossover maléfique. Comment un groupe peut-il être aussi performant ? Batterie chevauchée par un walkyrie, voix vicieuse et dure qui relègue BITTER END en 3ème zone, guitares démoniaques et solos qui rivalisent directement avec IRON AGE. Le Texas a tout ce qu'il faut.

Il n'y a malheureusement qu'un seul morceau surprise sur ce EP 4 titres sorti par DOUBLE OR NOTHING. Les 2 autres ayant déjà été diffusés sur myspace, et le 3ème étant une reformulation nucléaire de leur tube Acid. Reste Lake of fire et ce break à 1:38 en direct du purgatoire. Bordel. 14 minutes d'agression musicale en érection constante. Moussa Dadis Camara moshe déjà sur ce EVIL BEAT dans la jungle guinéenne. La terreur conduit à des jours meilleurs.

POWER TRIP - Armageddon blues

Lire la suite

Method of Groove

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

EVIL WAYS

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

Champs-Élysées

Hebergement gratuit d image et photoHebergement gratuit d image et photo
Hebergement gratuit d image et photo Hebergement gratuit d image et photo

Lire la suite

Headwalker Texas Rangers



Nouvel EP attendu pour BITTER END de San Antonio. Le NYHC tendance molle n'est plus vraiment au goût du jour, bienvenu dans le monde maléfique du speed metal! Comme d'hab depuis quelques temps, les EP's sont de plus en plus sommaires, à base d'une intro, d'un titre qui tourne sur myspace depuis des semaines et d'un nouveau morceau. Merci DEATHWISH. Le tube de ce 45 tours est évidemment "Purgatory", dédicace à Limoges peut-être, pour une bombe metal hardcorisée. Ça mitraille sec. Passages fous remarqués à 1:50, 3:25, 3:46 et surtout une fin mordante à 4:51, au moment où personne ne s'y attend. Le chanteur a de nouvelles intonations de type Roger A.F. et le son se rapproche d'ailleurs d'un "One voice" ou même d'un "Liberty and justice...". La preuve sur "Power struggle", un peu longue. On court tous après le temps, et après leur prochain LP.



POWER TRIP représentent la ville de Dallas, plus connue chez nous en raison d'un feuilleton TV lobotomisateur que de sa scène alternative souterraine. Ils ont en gros les mêmes influences que BITTER END, c'est à dire le meilleur du hardcore New-Yorkais (CRO-MAGS, LEEWAY, BREAKDOWN, CRUMBSUCKERS, THE ICEMEN) avec la pointe de metal pour se mettre bien (EXODUS, NUCLEAR ASSAULT). Crossover. Et autant dire que cette DEMO 2008 éclabousse. Introduction fulgurante, bonne voix, bonne gestuelle, bons lyrics infestés, bons riffs engagés contre Dieu, bonne dévastation en mid-tempo. Le break d'"Acid trip" est dingue. C'est sauvage et réel. Who needs friends when money's on the mind? (On peut aussi changer "money" par "women", A. comprendra)

The Evolution of a Cro-Magnon, John Joseph, 2007.



Si vous avez suivi Hey You!, si vous suivez le blog, si vous avez suivi la musique underground de ces 25 dernières années, le nom Cro-Mags doit résonner dans vos caboches. Groupe légendaire et intemporel créé à l’orée des 80’s et maintes fois écorché (comme toute gloire du rock) jusque dans les années 90. Ce livre est le livre du chanteur, John Joseph (nom d’emprunt pour échapper à la police). Et c’est bien plus qu’une biographie de groupe, c’est l’histoire d’un mec, d’une musique, d’une bande de jeunes, d’une révolution spirituelle, et surtout d’une ville, New York.

L’histoire d’un mec à sa place nulle part excepté dans les rues, toujours en fuite, qui utilise la violence puis la musique comme exutoire. Car comme les vrais savent, que ce soit dans la musique ou l’art en général, l’adversité reste le moteur le plus efficace de la créativité. Le livre est bourré d’anecdotes, d’expressions, de langage atypique et de personnages tous plus dingues les uns que les autres. JJ manie l’arrogance et l’humour à merveille, il sait jouer avec la puissance des mots pour nous rendre addictifs à la lecture. La sincérité qui s'en dégage fait de cet ouvrage un putain de classique pour n’importe quelle âme vivant dans ce monde plein de haine. Le résumé et le décryptage que j’en ai fait est long et mérite d’autant plus d’attention, mais plutôt que de lire mes délires, COURS ACHETER LE LIVRE. (www.punkhouse.org)




I. Peace and love ?

1967. John McGowan a 5 ans, les forces vives sont au Vietnam, les forces passives sont sous acide, lui et ses 2 frères vivent avec leurs parents dans un appart du Queens. Seulement son père a trop regardé RAGING BULL et comme De Niro, le boxeur déchu, alcoolique, frappe sa femme, de plus en plus fort. Scénario classique. Les gosses sont placés en centre d’accueil puis Eugene l’aîné, est envoyé à Long Island pendant que John et le petit Franck atterrissent chez les gentils Sheridans à Brooklyn, avant de connaître l’enfer à partir de 1970.


II. The Valentis

La mère Sheridan attrape un cancer, ne peut plus les garder, et les 2 gamins débarquent chez les Valenti, une famille italienne comme vous vous en doutez.

"I still laugh about how tacky the Guidos in New York were back in the day, with their overly sculpted hairdos, tight clothes, moronic dialect, gold chains, an especially, their cars. … The Irish – just about everyone else in NYC – didn’t get along with the Italians. They lived in their neighborhoods, dated their own, partied at their clubs and if you accidentally ventured into their bar, or their park, or hit on one of their girls, out came the Guido sticks and their famous line, "Fuuhhget about it… bats ain’t for fuckin’ baseball!" (Insert sounds of broken bones here)"



Ils sont traités comme le chien de la maison, d’ailleurs ils leur ont aménagé une cabane au fond du jardin à côté de la niche du clebs. Pas de vêtements, de nourriture saine ou de divertissement, c’est le début de la galère. Ils deviennent esclaves de Rose Valenti, la maniaque de la propreté, et les souffres douleur du dégueulasse Mr V. La donne change quand Eugene rejoint les 2 frangins. Ils monteront les plans les plus fous pour se procurer repas, friandises, radio et argent de poche dans le dos des affreux ritals. Eugene le ‘hustler’ est né. J est déjà passionné de musique et fanatique de l’émission ‘Soul Train’!

"I used to wish I was black because, in my opinion, they were just so much cooler than any white people I have ever met."

Ils économisent pour rendre visite à leur mère certains week-end mais ne sont pas vraiment les bienvenus, celle-ci côtoyant un nouveau guido du nom de Carl. Mais que ce soit en dehors ou à l’école, aucun des trois ne l’ouvre sur les conditions déplorables dans lesquelles ils vivent. J le petit démon se trouve un nouveau terrain pour évacuer, le PLAYGROUND. Cet irlandais est blanc mais noir à l’intérieur.



"When we played sports we always fantasized about being O.J. Simpson, Julius "Dr. J" Erving, or Vida Blue… The reason was plain and simple – we didn’t idolize white athletes. Oh, hell no ! Our heroes were all black."

Après avoir finalement avoué à Mr Hayes (l’incompétent de l’assistance sociale en charge des McGowan) avec l’appui de l’entraîneur de basket local, comment ils étaient traités chez les Valenti, les 3 frères changent de famille, et de domicile, une fois de plus.

"When all was said and done with that insane asylum, E wasn’t the only one who’d developed King-Kong sized nuts. The shit I endured in the Valenti house gave me thick skin and it would come in handy later on in life."




III. The funkiest little white boy of the year

1975. L’heure de la débandade a sonné. Arrivée à Garden City, NY dans une famille dénommée elle aussi McGowan mais avec des revenus nettement différents (et 2 charmantes filles qui les détestent direct). L’argent coule à flot et le passage où J choisit la tenue de sa rentrée est culte.

"I stared in awe: a pair of shiny, bell-bottomed metallic pants, the kind worn in blacksploitation films by the coolest motherfucker you’ve ever seen on camera. The kind that were so tight you could tell the person’s religion, if you know what I mean. … The shirt would have to be something equally loud. Green polyester. Then came the crowning glory… the biggest pair of, ‘as-brother-as-you-can-get’, Harlem-ass platform shoes you have ever seen ! … I looked like David Bowie meets George Clinton…"

Evidemment ils sont envoyés dans l’école bourgeoise du coin et y’a aucun noir dans la cour. J est de nouveau la risée, après lui avoir reproché d’être pauvre, ses nouveaux camarades lui reprochent d’être cool ! Puis arrive la puberté. Et le moment de goûter aux plaisirs de la chair. Visez cette poésie de rue.

"Back then if you made it with a girl it was measured in terms synonymus to the bases on a baseball field. First base was kissing and second equaled grabbing a little tittie. Third base meant you and your boys got to smell your fingers and home plate meant you were the hometown hero."



Puis l’orientation de J va prendre un tournant avec les fréquentations de son frère et donc les siennes.

"The only cool people I met in school were the ‘Rockers’ … Althought they liked me, the one concession I did have to make while hanging out with them was over my musical tastes. I was told point blank, "No fuckin’ black music, Bowie" … "Fuck", I thought after hearing about Black Sabbath’s music and dark message, "These are some people I can relate to".

2ème claque après Parliament, J achète ‘Paranoid’ au local-shop et c’est l’extase. Il devient un petit homme d’acier. Les parents McGowan partent en vacances une semaine. Les filles organisent une fête comme il est de tradition aux USA. Et la foire commence. E et J ramènent tous leurs potes chevelus et sales dans la riche villa imposant leur bande son à base de Aerosmith, Deep Purple, Led Zepplin, et Black Sabbath évidemment. Ca dégénère. Les parents raboulent en trombe. Leur chance de réhabilitation s’envole. Direction le centre de St John à Rockaway Beach.




IV. Rock, rock, rock, Rockaway Beach

1976. Back in Queens. Et retour à la dure réalité d’un centre composé d’une majorité d’espagnols et de noirs qui ont l’habitude de se faire corriger par toute la communauté irlandaise des alentours, donc qu’est ce qu’ils voient dans ces 2 nouveaux culs blancs ? Des proies ! Mais bon, John, le mec fly, s’intègre bien, et son frère E traîne avec la brute du centre, Bobby K, donc no problemo. Ils peuvent sortir comme ça leur chante et les premiers vrais contacts avec la rue se font. J découvre les joies du métropolitain et bien sûr le début du graffiti.

"While living in NYC, I got to know a handful of the world’s most well-respected graf artists. Altought I rolled with many legends like Futura 2000, Dondi White (RIP), Dr. Revolt, Hyper (Mackie of the Cro-Mags), Zephyr, Team, even meeting Lee a few times, I was what they would call a ‘toy’. In other words… I sucked. I sucked at everything related to graffiti".



Bobby K fait découvrir l’acide à J qui consomme déjà beaucoup de weed. De nouveaux s’horizons s’ouvrent à lui et J commence à traîner n’importe où, du squat Holland House au ciné The Deuce à Manhattan, et à apprivoiser la rue où tout était permis.

"As a native New Yorker, I can honestly say that it’s something that’s getting harder and harder to find these days. So I say fuck Giuliani, fuck Mickey and fuck Disney’s Lion King ! I say bring back the pimps, ho’s, derelicts and con artists."

Après un rendez-vous raté à un concert de Black Sabbath (où J complètement défoncé vomit sur les premiers rangs ahah) et sa première expérience sexuelle riche en émotions (‘she told me not to cum, but it was too late’), les tensions au centre s’accentuent, J est mêlé à de violentes bastons, ses alliances avec différentes bandes de voyous de Rockaway (the Otts, the Pullises, 116 crew) le poussent vers la sortie et en janvier 1977, il fugue pour de bon.




V. Welcome to the LES – The ABCDS’s of survival

Le jeune gaillard a mal choisi son mois pour errer dehors. Ca caille man. Le Brother Mark qui s’occupait de lui à St John a émis des avis de recherches et J doit donc fuir le coin. Il débarque dans le Lower East Side (dont ses ex-potes lui ont tant parlé) et rencontre 2 dealeurs allumés bordéliquement, Mickey Debris et Buckles (un maniaque du ceinturon). C’est le début de la fin. La plongée au cœur du crime. Surtout quand Canito, une connexion porto ricaine, lui présente le coin et la signification des avenues ABCD.

"He pointed up at the First Avenue street sign and with this wild-eyed stare, he explained that "The Guardians of the Threshold" had a saying about crossing this avenue and leaving the demilitarized zone. If you came to ‘A’ you was adventurous, ‘B’ you was bold, ‘C’ you was crazy and ‘D’, you was a dead, maricon."

Mickey lui enseigne tous les rudiments du biz (‘you have to believe your own bullshit’) et J apprend vite. Ils vendent de la weed et de faux acides devant le Madison Square Garden pendant les concerts de rock et font péter les billets verts. Que d’la drogue, que du stupéfiant. Il faut savoir qu’au fil du livre, chaque dealeur ou maraudeur que rencontre John est toujours plus fou et violent que le précédent. C’est amusant. J traîne de nouveau avec Bobby K (la terreur de St John) et un nouveau sdf, Bobbie Bird, qui lui montre comment les choses se passent au parc du Dome, son nouvel eldorado. L’été 77 est là.



"The sweltering summer of ’77 was upon us, but NYC was in a serious recession and everybody was freaking out about the murders carried out by David "Son of Sam" Berkowitz. … Punk was also exploding at this point, but I think Berkowitz knew better than to fuck with punk rockers. I remember hanging out and smoking dust in Bayside a few days prior to the shootings. I was wearing the hot-ticket item of the day – a shirt with a target on it that read "Come on… take your best shot." !

J retourne à Rockaway et voit ses bros et sa mère de temps en temps mais sa vraie place est dans la street. Parfois, les endroits, les protagonistes et les dates se mélangent dans notre tête, comme des acides, mais le fil du livre reprend vite son cours (ça arrive quelques autres fois). J fait la rencontre de Crazy Dave, un nouveau fou, qui lui fait, en quelque sorte, accéder aux joies du punk rock.

"He told me about this punk club in the city called, Max’s Kansas City, where the girls were easy. Dave didn’t know shit about punk, but according to him any girl who dressed like that was out for one thing – to get fucked. So, off we went."



Puis après avoir vécu sa première déchirure d’amour (avec la punkette Nancy, pas celle de Sid Vicious), retrouvée morte d’une OD dans son 1er foyer, le bungalow infecté de rats de Mickey (qu’il ne reverra que des années plus tard), J ressort bouleversé de cette expérience avec une haine incontrôlable.

"Something snapped in me after Nancy died. I would hurt people who even looked at me wrong … I often fought dudes bigger and I’d hit them with whatever I could get my hands on – a 2x4 from the boardwalk, a pipe, a bottle, a brick or a rock. I’m not bragging about it, or proud of my actions in any way, but the sick thing was it made me feel good to hurt people."

Après le fameux ’Blackout’ (la panne d’électricité géante) du 13 juillet 1977 et son lot de vandalisation, J accroc à Rockaway y retrouve son frère Eugene qui traîne avec 2 nouveaux loubards. Tommy the Beast et son frère Joey. 2 brutes épaisses. Puis J s’encanaille avec Demented Doogie de Brooklyn, ainsi que Junior Nuts et Pops du Queens (2 polonais timbrés) avec qui il pillera les frigos dans les garages pour survivre. L’aventure s’achève par une folle course poursuite en caisse le long des boulevards, qui finit mal bien sur. J est de retour au Dome et Forrest Park, et se met à trafiquer avec Computer et Disco, 2 pédés noirs. Les histoires de drogue finissent mal en général. Après s’être pris une balle dans la jambe pour l’affaire de pédophilie de Disco, il vend un sachet à un flic, aïe ! Direction le centre pour délinquants juvéniles de Spofford… dans le South Bronx !




VI. Play the wall

Septembre 1978. J retrouve les bros noirs qui lui expliquent la règle à suivre pour sortir de l’établissement en vie.

"Playing the wall meant that when some shit went down like, a riot or you got into a fight, you always, no matter what, kept your back against the wall so no one could sneak up behind you."

Il joue de nouveau au basket, a les connexions qu’il faut et les 3 mois se passent sans incident grave, il est déferré dans un nouveau centre au nord de la ville, Lincoln Hall.




VII. Linky-dinky-dog

J rencontre de nouveaux rockers rebelles dans ce centre pour jeunes désaxés et peut réécouter Led Zepp sans gêne, tout en suivant les modes musicales et vestimentaires de la communauté noire.

"1978 and 1979 were also two magical years in New York. It was right around the time the brothers were making a fashion statement that’s stood the true test of time, unlike a lot of the fashion crazes from that era. I’m talking about wearing "Wave Caps", that are now called "Doo Rags" which are used to keep your hair tight with waves. In the old days, brothers improvised and used pantyhose that were tied off at the end to keep their shit tight."

Il est toujours le seul blanc accepté par les noirs et a droit d’accès à la salle TV quand les frères regardent leur programme, avant qu’un fanatique des 5% de la Nation of Islam le traite de démon et que les choses dégénèrent. On apprend comment les jeunes fauves se masturbaient en chœur dans de vieilles chaussettes une fois les lumières éteintes (ahah) et J retrouve encore son frère E (ugene) catapulté lui aussi parmi les bandits. John a 18 ans, c’est le temps du service militaire.




VIII. Anchors away

1980. J débarque dans la base marine de Norfolk en Virginie et comme d’hab, il s’insère vite dans son environnement et dans la scène punk du coin (qui n’avait pas pour habitude de traîner avec les bidasses). Il y rencontre Doug, le patron du club Taj Mahal, Vic Demise, et le fameux Raybeez qui chantera quelques années plus tard dans le groupe NYHC Warzone.

"They had no choice though because I was there to stay. If they didn’t like it I would kick their ass, because unfortunately for them they missed out on that Punk 101 lecture that stated mindless violence is a must."

La base était posi quand même, au vu du nombre de permissions qu’il avait et effronté comme il était, déambulant en futal de cuir avec t-shirt arborant une croix gammée la nuit tombée. Et puis un jour, c’est le troisième choc (après Parliament et Black Sabbath), il voit les Bad Brains en live et ne s’en remet pas. Il noue aussitôt des liens avec le chanteur, H.R., qu’il adule, et les suit à Washington D.C. certains week-ends où il découvre pour la première fois, une scène hardcore balbutiante et les saveurs de la mosh, ramenées de L.A. par Henry Rollins.



"Seeing the Brains in D.C. was another unforgettable experience. Prior to that I was still pogo-ing and doing a robot-like new wave dance, but the D.C. crowd was sick. I never saw anything like it, stage diving, creepy-crawling, and skanking. It was amazing, and unlike moshing as it’s called today, which is nothing more than a bunch of idiot jocks and retards getting their frustrations out by beating the shit out of each other. This was a tribal dance with an art form type quality about it."

J navigue d’Arkansas en Amérique du sud, trouve une meuf, retrouve les joies du trafic de stupéfiants (‘you can take the brotha out of the ghetto, but you can’t take the ghetto out of the brotha’) avant de rentrer à NY. Au fil de ces pages, il peste contre le punk homogénéisé d’aujourd’hui et nous avoue que le concert de Minor Threat à NYC reste un des meilleurs de sa vie.




IX. Live from New York

1981. John a flairé qu’il se passait quelque chose et déserte les Marines pour rencarder les Bad Brains qui vivent désormais à NY, au célèbre studio 171A dans le L.E.S. (qui voit aussi passer Reagan Youth ou les Beastie Boys, entre autres). Il s’y installe et y raisonne (parler spirituellement dans la tradition rastafari) des heures et des heures avec H.R. et Jay Dubs (le boss du studio) puis y découvre le mode de vie végétarien et la cuisine qui va avec tout en matant les Mauvais Cerveaux répéter, que demande le peuple ? Ce n’est pas le paradis non plus. Les gangs des rues avoisinantes appelés The Hitmen ou les Allen Street Boys surveillent du coin de l’œil les délires de ces jeunes allumés bruyant qui s’abreuvent de tofu et de philosophie orientale.

J explique que NY était LA place où jouer pour les groupes de l’époque. On apprend d’ailleurs que l’acteur John Belushi était une terreur du pit ! C’est grâce à lui que la chaîne NBC tourna le clip du fameux concert de FEAR qui fut un massacre total ! L’anecdote est racontée de A à Z, du conditionnement des punks dans une pièce vide jusqu’à la bataille finale de citrouilles dans les studios (c’était un concert pour Halloween !)…



"NBC security people were trying to get us out of the studio and a few of them made the crucial mistake of coming out into the dance floor. Not a good idea and towards the end of that song the fighting got worse. That’s when Ian MacKaye grabbed the mic and yelled live on national TV, "Fuck New York! New York sucks !".

La rencontre avec Harley Flanagan le petit teigneux se fait. Puis J crée son propre groupe avec les roadies de Bad Brains (guitare, batterie) et à la basse, incroyable mais vrai, le bluesman évoluant aujourd’hui sous le nom de Popa Chubby. Le groupe s’appelle Bloodclot, un nom qui en patois jamaïcain est associé au cycle menstruel de la femme, Ragnoutes quoi.


X. Supertouch shit fit

Johnny plonge de plus en plus dans la philosophie Krishna de Srila Prabhupada, commence à aller au Temple et puis part dans une tournée mouvementée avec les Bad Brains. Notamment lors du concert à Raleigh en Caroline du Nord où, comme dans beaucoup d’autres endroits, le proprio du club ne savait pas que le groupe était uniquement constitué de noirs. Résultat garanti et rednecks anéantis. Les kids ont eu leur mot. Et inévitablement, les Bad Brains vont changer, en parti dû à leur nouveau roadie, Judas (c’est son vrai nom), qui convertira progressivement H.R., et donc le reste du groupe, aux propos racistes de Louis Farrakhan. Les rêves de tournée sur la côte ouest avec ses potes s’envolent, J est remercié et mettra du temps à s’en remettre.




XI. Let the scams begin

On arrive à la partie la plus pénible du livre. John rentre au Temple à temps plein et s’exile à Puerto Rico pour un temps. Ca se passe très mal. Il revient à NY et découvre que comme partout, cette philosophie sensée élever l’être au-delà du monde matériel est aussi soumise au pouvoir de la monnaie comme n’importe quels autres doctrine, mouvement ou religion. De plus, un scandale de pédophilie éclate autour d’un des leaders du mouvement.

Après avoir mis ses techniques d’arnaque en effet pour vendre aux touristes les petits guides du dévot, il laissera tomber le Temple et encore une fois, après St John et les Marines, il s’échappera par la porte de derrière. Retour à la galère (il vit dans un squat miteux), mais aussi et surtout à la musique. Lui, Harley à la batterie, Doug Holland de Kraut à la guitare et un mec d’Antidote à la basse créent M.O.I. (Mode Of Ignorance).




XII. Survivor of the streets

1982. MOI n'est plus. Le premier line-up vaseux de Cro-Mags, avec Eric Casanova de Urban Waste au chant, fait 2 concerts assez catastrophiques. Mais déjà, leur réputation est sulfureuse.

"The Cro-Mags at that point had a Nazi skinhead reputation because Harley and Eric dressed like skins. Harley got a swastika tattoo and they engaged in gay bashing with the other knucklehead skinheads they hung out with. … Harley and Eric made the front cover of this big gay magazine that had a picture of them about to fuck someone up. The caption read, "GENTLEMEN… BEWARE OF THESE TWO SKINHEADS."

Puis les homos commencent à s’habiller comme les skins pour arrêter de se faire taper et se mettent aussi à la muscu. Harley arrête ses gamineries et se laisse pousser la cheveu. 1984. Parris veut que ce soit Roger Miret d'Agnostic Front) qui chante mais John met tout le monde d’accord dans le local à répète. D’autant qu’il était le chanteur à la base, ayant composé quelques trucs quand il traînait avec Harley. La vraie formation est née. John au chant, Harley à la basse, Kevin Mayhew (aka Parris) à la gratte et Mackie à la batterie. Ils pressent une K7 (la session ‘Before the quarrel’) grâce au label de country (ahah) du père de Parris et commencent à beaucoup tourner, pendant que tout un contingent de fêlés se greffe autour d’eux.



"We played harder and faster than anyone else (minus the Bad Brains, of course) and our shows were some of the most violent around. It was controlled violence though; it was dance. There was a rhythm to it and perhaps to the outsider, the mosh pit may have looked like a bunch of people beating the shit out of each other, but in reality it was anything but. The Cro-Mags always spoke of unity at the shows and if some jock or redneck type did start some shit, I guarantee you after the Cro-Mags cronies got done with his ass, his mosh pit days were over."

J retrouve son pote Crazy ‘Cubano’ Dave qui lui loue une piaule pendant qu’il bike message dans NYC. On assiste encore à une folle galerie de personnages déambulant dans Alphabet City, à l’Est du Village.

"Now we’re off to Alphabet City where the girls are loose, the cops are crooked, the dope is strong and the crack heads shit anywhere because the curb your dog signs don’t apply to them."



Poppo l’africain alcoolique déguisé en chinois, Daisy le disquaire travesti de Ratcage records, Mr. Belt Guy le revendeur de ceintures des morts, Kevin Carpet qui devait son nom à sa manie de se masturber en pleine rue sur sa couche, Black Dave le patron dingue du club A-7 (le nouveau QG de Cro-Mags), Bags le nympho man qui se retrouve avec une graine de chili coincé dans le gland (ahaha), Bubba Phet le gros hustler noir et tous les dégénérés de Tompkins Square avec le plus taré de tous, David "Wacko" Rakowitz.

"The first sign that something was up was the fact that Cubano noticed he hadn’t see the girl around for some time and she was late on rent. … When Cubano asked Rakowitz where his roomate was, he said "I killed her, chopped her up, made soup of her and fed her to the homeless in Tompkins Square Park"."



Voilà une bonne solution pour nourrir les plus démunis. Dans ces pages, John propose un ‘Cro-Mags Caravan Tour’ pour les touristes désirant découvrir le VRAI NYC, pas celui qui brille. On rigole bien. On rigole toujours quand J évoque les débuts de Harley en tant que tatoueur !

"He practiced on skinheads and potatoes because according to him their I.Q. was about the same. His résumé included the Crazy Cubano Dave massacre and a big American flag on this guy Brian’s neck. After the painful nine-hour tattoo session that would have taken any real artist an hour, Brian looked at the finished product and said, "Yo Harley, it’s backwards, man !" Harley’s reaction was simple, "Oh shit, sorry dude. My bad. Just look at it on the mirror and you’re good to go."




XIII. The age of quarrel

1985. Le groupe s’est définitivement fait un nom et les requins du biz ne tardent pas à les approcher. Chris Williamson Virus aka CMW, le patron de Rock Hotel (sous label de Profile frauduleusement créé), devient leur manager. Puis, ils enregistrent la bible "The age of quarrel" qui sort en 1986. Le nom faisant référence à leur philosophie (oui Harley aussi s’est mis à lire les livres du petit Krishna) et à l’age dans lequel ils évoluent appelé Kali-Yuga ou le ‘dark iron age of quarrel and hypocrisy’. Doug Holland se joint au groupe et cette formation, considérée comme la meilleure des Mags, tiendra une petite année.

"I didn’t choose punk and hardcore, it chose me and, for whatever reason, it ain’t about fashion, or even the music for that matter, it’s a state of consciousness. Once you realize that, there’s no way you can ever sell out."



Cro-Mags ouvrent de plus en plus pour des groupes metal. Ils conquièrent le public de Venom, J descendant dans le pit provoquant les satanistes ahah, et ça marche. De succès en succès, ils partent en tournée avec Motorhead et Megadeth. J cuisine pour toute la smala, Lemmy kiffe à fond et tout le monde est heureux. Puis bon, forcément, les bonnes choses ont une fin. Dans un coin paumé du Texas, John et Doug essaient de troquer du bicarbonate de soude contre un sac de weed, la cavalerie à gyrophares arrive en trombe. Game over. Le manager magouille leur libération mais verrouille le cachet du groupe. Les Mags peuvent donc rentrer à NY pour tourner le fameux clip du film The Beat dont je vous ai parlé précédemment dans ce putain de blog.



"I was wondering if any Cro-Mags fans would even show up at 10 a.m. on a weekday to represent. As I turned the corner onto 3rd Avenue and walked toward 11th street I saw the entire block was mobbed with Cro-Mags fans. I jumped up on the steps of The Ritz, looked over the Cro-Mags army and they all fell quiet as they waited for their orders. I didn’t disappoint them. I yelled out, "I told these Hollywood fuckers that we were gonna show them what a real Cro-Mags show was all about. I wanna see you motherfuckers diving out of the balcony, off the sound system and each other. Let’s give them something they’ll never fucking forget !"

Kevin Dillon fait dans son froc et le concert laissera des séquelles dans la Cro-Mags army, 2-3 ayant fini le tournage à l’hôpital ! CMW devient de plus en plus pénible, et veut voir John quitter le groupe pour manipuler les autres, la tournée se termine. Parris et son attitude de rock star commence à chatouiller les autres. Ca sent la civière. Et c’est le drame. Le dernier concert à NY assurant un gros cachet au groupe, dont J a besoin, lui passe sous le nez, Harley et Doug se barrant tous les 2 avec l’oseil.




XIV. Base… How low you can go ?

Entre 1987 et 1989 c’est la débandade complète. ‘Best wishes’, le second album de Cro-Mags, désormais sous la houlette de Harley, sort. J n’est même pas crédité sur aucun des lyrics et lorsque qu’il choppe Harley ou Parris pour laisser la justice de rue faire son travail, ceux-ci le menacent d’aller le dénoncer aux keufs car il est toujours AWOL (Away Without Official Leave) de l’armée, recherché depuis des années maintenant. J trahi par les siens sombre dans la dépression et devient accroc à cette nouvelle merde qu’on appelle crack (adepte du free basing). Un beau jour de printemps, il rencontre K, une meuf de L.A. qui sortait avec un de ses srabs dans le temps. C’est le gros love. Elle est pétée de thunes et avant de repartir à L.A. elle lui laisse sa caisse. Erreur.

"Crazy and me smoked a big spliff as I sped over the Willie ‘B’ Bridge at 90 mph with no license, warrants in tow and evil intentions to inflict bodily harm on some poor fucker who got in my way. What was going through my mind at that precise moment? God how I love New York! It was a city of outlaws doing outlaw-type shit and getting away with it because the cops basically just didn’t give a fuck."



Puis K lui pose un ultimatum et pour le faire sortir du trou, l’invite à L.A. Ils s’installent ensemble et c’est encore pire, les 2 sont maintenant addictés. On a l’impression de lire le scénario d’un road-movie hollywoodien plein de poudre et de courses-poursuites. Les parents de K mettent plein de détectives sur leurs traces, ils prennent finalement l’avion de retour à NY sous haute précaution et à l’aéroport JFK, une armée d’impairs attend la jeune fille. John Bond quant à lui réussit à filer. Quel homme. S’il cherche à revoir K il plonge direct. C’est encore une période noire qui s’annonce.

"Nothing I’d been though prior to crack ever made me think of wanting to die. In the past I always felt that whatever doesn’t kill me makes me stronger, but I never experienced a demon like this before. Crack took my friends, my spirituality, my home, my possessions, my love… everything."




XV. Free your mind and the rest will follow

1989. Le Temple Krishna de Brooklyn sauve une fois de plus John qui se ressaisit et fait du vélo, c’est bien le vélo. Pendant ce temps, rien ne va plus dans les Cro-Mags et Harley prend le melon. Ca disse sévère.

"These guys thought to be the next Metallica or some shit. The only problem was, Metallica’s record went multi-platinum and the Cro-Mags second album went multi-cardboard. No one wanted to hear Harley do his patented 823 "Oh Yeahs!" on every song."

John traîne avec d’anciens potes dans le LES, dont Raybeez et Kontra, le grand russe qui s’est recyclé à Wall Street et le prend à l’essai dans sa boite mafieuse. C’est l’échec total tandis que les techniques de ‘hustling’ de son frère Eugene font merveille dans ce genre de business.

"I was a fish out of water in that office and when my feet hit the NYC concrete a surge of energy came over me. This was my stomping ground. I ruled out there."

Entre les histoires de putes et de coke de Kontra, J est désormais bike messenger pour une compagnie pas ordinaire dirigée par The Pope… il livre de la weed ! Les jeunes intoxiqués appellent le 1-8000-WANT-POT et les biscuits circulent. Il donne sa vie au sport et s’inscrit dans une salle de gym de vieux darons porto ricains et dominicains, The Gladiators. C’est déjà la fin des années 80.



XVI. The final evolution

1991. J n’a pas laissé tomber la musique pour autant et ouvre pour les Red Hot Chili Peppers avec son nouveau groupe, Both Worlds (où opère aussi un ex de Leeway). Une reformation totalement foireuse de Cro-Mags a lieu ensuite, suivie d’une tournée (en Europe notamment). Harley devient fou, obsédé par Charles Manson, déambule en robe et fume la pipe. Il emmène sa meuf sur le catastrophique tour et consume toute la monnaie du groupe.

Au retour, le deal avec le label Century Media se concrétise et le groupe sort son 3ème album en 1992, ‘Alpha Omega’. Harley fait encore le con en s’octroyant toute la composition du truc et surtout l’argent du label, c’en est trop, J quitte à nouveau le groupe. Il veut monter un nouveau projet mais le contrat avec Century Media n’est pas terminé et il participe au 3ème et dernier album du groupe qui sort en 1993, ‘Near Death Experience’ (que John considère comme une 'metal crap'!).



La guerre commence réellement entre Harley et John, qui utilise le nom Cro-Mags illégalement pour faire des concerts sous sa barbe. Flanagan (de retour de Cali) et Mayhew lui feront un coup de pute monstre en le balançant au commissariat de quartier. John est de retour à Norfolk où il devra aller s’expliquer sur ses 15 ans de désertion devant la cour martiale des Marines ! Il s’en sort miraculeusement bien passant quelques mois avec ses anciens homies et de nouveaux bidasses fans des Cro-Mags. De retour à NY, il fout une raclée à Harley tandis que Parris sous haute protection est intouchable et en profite. Puis John s’apaise, commence à écrire son livre et pardonne…

"That’s the gift of the Cro-Mags had to offer the world… an alternative, an answer, and the only reason we had because of Srila Prabupada and the message of the Vedas. If we didn’t we were just like every other knucklehead band singing about chicks, drugs, or how tough we are. Yeah, sure, we weren’t the purest messengers, but then again, who could have imagined in their wildest dreams that some street hooligan musicians would get access to the Vedic blueprint of how to escape this material world and in our own warped way, inject that into our music."

On arrive aux années 2000, John garde la pêche pendant que dans le 92i, Lunatic sort son album. Il renoue des liens forts avec ses 2 frères et sa mère et prépare son ex-nouveau groupe, Bloodclot. Harley lui, ressort un album avec Parris sous le nom de Cro-Mags intitulé étonnamment 'Revenge', avec beaucoup moins de metal. Puis, 2 avions habilement pilotés viennent bouleverser la face du monde. John et Franck assistent au spectacle en direct sur un toit du LES.



"We saw people jumping to their deaths and when the first tower fell thousands lost their lives. I also heard the collective scream for blocks. When I looked through the dust cloud I thought maybe just the top fell off, but when the smoke cleared all I kept saying was, "Holy, shit. It’s fuckin’ gone"."

Les 400 pages de ce témoignage absolu, d'une époque résolument enterrée, se terminent, calmement, nous laissant pantois, des images plein la tête et ces quelques notes philosophiques…

"The biggest mistake we can make in this world is to invest our love and not have it reciprocated. … We have to fight the right fight against ignorance. I think the Cro-Mags lyrics to the song "Life of my own" said it best : "You come into this world with nothing except yourself… you leave this world with nothing except yourself", and whatever advancement you’ve made spiritually."

PAIX & FIN.


(Lache tes comz)

N.Y.H.C. : A DOCUMENTARY (1995-2008)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite