Fluoglacial - Tendances Négatives

BLEEDER (1999)



Rejouez ? Oui - Non. OUI. Refn à la caméra, Kim Bodnia au flingue, et Mads Mikkelsen à côté de la plaque. C'est reparti à Copenhague. Leo (Bodnia) disjoncte lentement mais violemment quand sa meuf, Louise, lui annonce qu'elle est enceinte de 2 mois. Tout va bien, la vie de merde suit son cours entre 2 changements de meuble et l'installation d'un miroir. Puis c'est la tourmente. Le frère de sa meuf, Louis, un beauf du Danemark videur en boite de nuit, met Leo en garde après avoir ratonné sous ses yeux ébahis 2 immigrés qui voulaient rentrer sans papiers. "FAIS GAFFE À MA SŒUR".



En parallèle, à la manière de CLERKS, on suit la non-existence de Kitjo (Zlatko Buric), patron du vidéoclub du coin et de son employé Lenny (Mads Mikkelsen), qui essaie vainement de séduire la meuf du fast-food d'en face. La sortie hebdomadaire des 4, en compagnie de Leo et Louis, se résume à mater un film sur une toile à l'étage du magasin. Un soir, Leo ramène un gun et fait le malin devant la projection full HD de MANIAC. Puissance. Mais quand Leo rentre et voit que Louise a décalé ses affaires pour faire de la place au futur enfant (Confessions Intimes style), il ne fait plus le malin, transformation, résultat : une fausse couche...



Les représailles sont immédiates. Leo, attaché dans un entrepôt, se fait injecter du sang contaminé par un sidaïque. HIV+. C'est le meurtre le plus crade et original du cinéma je crois. Le suicide final est marquant. La tension est là et pourtant l'ensemble est assez lent. Beaucoup de références cinématographiques. C'est filmé dans le vif, en plusieurs séquences, et ça rappelle parfois SEUL CONTRE TOUS. Un vide agaçant mais saisissant, le récit d'une vie fade, sans communication, sans horizon, qui finit le nez sur le béton. Une leçon.

PUSHER (1996)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

LUNE FROIDE (1991)


Lire la suite

HANGIN' WITH THE HOMEBOYS (1991)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

STATE OF GRACE (1990)


Lire la suite

LITTLE ODESSA (1994)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

TERROR FIRMER (1999)



Sexe, vomi et rock'n'roll. La comédie pourrie idéale pour Noël, parfaite pour faire gerber toute la famille. Scénario qui moque le DRESSED TO KILL de De Palma pour une avalanche de membres arrachés, de sang gicleur, de sexe sauvage, d'humour gras, fidèle à l'esprit TROMA depuis 25 ans. L'intrigue se passe sur un plateau de tournage où Lloyd Kaufman joue Larry Benjamin, un réalisateur aveugle (ahah) qui se bat pour le cinéma indépendant. Proche de la réalité donc. Le casting est conséquent et mêle habitués et apparitions surprises : Ron Jeremy, Edouard Baer, Ariel Wizman, Lemmy Motorhead, les Lunachicks ou la délicieuse Carla Pivonski et évidemment tous les personnages cultes de la bande: Toxic Avenger, Noxie, Sergent Kabukiman, l'homme vache, etc. Festival du gore fun, c'est à regarder avec modération.



DAZED AND CONFUSED (1993)



Dernier jour de l'année scolaire 1976
Party
Planance
Bizutage
Cruising
Nike Cortez
Chemises spacieuses
Hippies VS. Sportifs
Pontiac VS. Chevrolet
Milla Jovovich <3
Demoiselles affriolantes
Aerosmith, Black Sabbath, Deep Purple, Nazareth
VOIS ÇA AVEC UN POTE!

FLATLINERS (1990)



3 ans après le mythique LOST BOYS, Joel Schumacher revient avec un classique vintage. Toujours équipé de Kiefer Sutherland, il se munie d'autres acteurs banquables de l'époque, Julia Roberts (sexy même en pantalon taille haute), Kevin Bacon et William Baldwin. Et je ne m'attendais pas à voir autant d'angoisse à l'écran. Ce groupe de jeunes étudiants en médecine a trouvé une technique pour approcher la NEAR DEATH EXPERIENCE. C'est l'idée de Nelson (Sutherland), et c'est lui qui la teste en premier. Après une mort clinique d'une minute, il se fait réanimer avec électrochocs et oxygène par ses collègues. Tout ça dans l'illégalité bien sûr, n'essayez pas ça chez vous. Plus ça ira, plus ils augmenteront la durée de leur mort, tel un jeu, allant même au-delà de 10mn.

"Qu'est ce qu'il y a ? Tu vas chialer ? Ben vas-y chiale baby, chiale, chiale, chiale!"

Chaque membre ayant basculé se trouve hanté par des visions du passé qui prennent vie dans la réalité. Tout ce qu'ils ont fait de mal revient à la surface (Joe (Baldwin) qui filmait toutes ses partenaires sexuelles à leur insu, les revoit une à une, partout, affolant!), comme s'ils avaient besoin de se laver de leurs péchés avant le grand saut. Chacun va devoir tenter de réparer sa faute avant que ça ne les anéantisse complètement. Il y a beaucoup de temps forts (notamment l'enfant qu'a accidentellement tué Nelson étant gosse, qui revient le démolir chaque nuit). C'est un bon film, sombre, avec une approche intéressante (même si très catholique) de la mort.



L.627 (1992)



Performance française de Tavernier, repassée récemment à la TV, et que j'ai revisionné grâce au merveilleux bouquet TNT. Donc, je vous en parle. L'article L.627 autorisait un toxicomane en détention à consulter un médecin(la garde à vue pouvant durer jusqu'à 4 jours). Lucien Marguet aka Lulu (Didier Bezace) est un enquêteur sans envergure depuis une quinzaine d'années, sauf que lui croit en son travail et le fait à fond. Après une planque qui tourne mal et un conflit avec son supérieur à la masse, il se fait muter à la brigade des stups. Et la réalité heurte. Les bureaux sont installés dans des préfabriqués au beau milieu d'un chantier et Lulu se retrouve entouré d'une formidable équipe de bras cassés. Dodo le boss (Jean-Paul Comart), Manuel l'ivrogne (Jean-Roger Milo), Vincent le jeune premier (Nils Tavernier), Antoine (Philippe Torreton) et Marie (Charlotte Kady) qui remonte le niveau avec sa fraicheur.



Pendant que les premiers jouent à RISK, font leur tiercé ou boivent des Ricards dans les sous-sols en pariant sur les prochains matchs, les autres essaient de faire leur boulot convenablement. Rien n'est tout noir, rien n'est tout blanc. Indics, cousins, planques, filatures, putes, camés... avec pour terrain de jeu, la rue. Paris fin 80/début 90, à la fin d'une époque. Les acteurs sont simples et impeccables, on dirait presque un documentaire tellement c'est réussi. L'ambiance est loin d'être festive, même si les répliques fusent et font marrer. Manque cruel de moyens, hiérarchie déconnectée, loi contournée, système D, magouilles, racisme latent, violence sous-jacente... Suite de cette tradition de films perpétrée dans les années 80 où les flics aussi pourris que les voyous évoluent dans un monde sans aucun espoir. Une VRAIE plongée au coeur du crime, non fantasmée, et sans parti pris. A VOIR OBLIGATOIREMENT.

LA BANDE-ANNONCE