Fluoglacial - Tendances Négatives

THIS IS AMERICA !



Le mondo, nommé pseudo-documentaire chez nous ou shockumentary ailleurs, et inventé par 2 italiens du nom de Jacopetti & Prosperi, auteurs du classique "Mondo Cane" en 1962, a généré tout un tas de films racoleurs au possible. Le genre documente habituellement les cultes et rites exotiques ayant cours dans le monde, puis a vite dévié vers toutes les pratiques bizarres et violentes mettant le sexe et la mort à l'ouvrage. Les italiens conservent leur hégémonie jusqu'à la fin des années 60 ainsi que leur obsession pour l'Afrique (Climati, Castiglioni), puis les allemands et les américains s'y mettent, Mondo Thrasho de John Waters, Shocking Asia de Rolf Olsen ou Jabberwalk aka THIS IS AMERICA, réalisé par Romano Vanderbes. Ce premier volet (d'une trilogie) sort en 1977 et commence calmement par les sports mécaniques dangereux (destruction derby) pour lentement dériver vers le sexe, qui est souvent le point de chute de ces docs. Miss America défile à poil et les chippendales donnent des bouffées de chaleur aux vieilles femmes. Traversée du désert ensuite où se trouvent des maisons closes très spéciales, Judy's, Cherry's, Cottontail, on y vient même en avion.

Lire la suite

DILAPIDE TA JEUNESSE: Punk & New Wave in Deutschland



De l'autre côté de la ligne Maginot, le punk sortit du ventre de l'Allemagne par césarienne. Plus tardif que les précurseurs anglo-américains, plus corrosif que ses homologues français, les jeunes du Rhin ont surpris tout le monde dans les Ardennes ! Nous sommes en 1977, dans un pays où les terroristes d'ultra gauche (RAF et compagnie) font la pluie et le beau temps, et paradoxalement toujours baigné dans son passé nazi. Quand des gugusses comme Chrislo Haas, Gabi Delgado ou Tommi Stumpff vont débarquer pour foutre la merde, la swastika de Sid Vicious fera très pale figure ! La kultur alors enkylosée dans le marasme prog-rock est cadenassée par les petits profs hippies. Dans le climat politique tendu du rideau de fer, 3 villes vont s'embraser de 1977 à 1982: Dusseldorf, Hambourg et Berlin.

Très vite, une constante se retrouve dans chaque pôle: l'omniprésence de la violence. Les concerts sont des exutoires haineux autant pour les groupes que le public (le lancer de projectiles en deuxième sport national après la mannschaft), certains fascionistas n'hésitent pas à descendre dans le tas pour planter du gras. Tout le monde est ennemi: les popeux, les hippies, les teds (fortement représentés en Germania), les drogués, puis plus tard les vendus de la NDW (Neue Deutsche Welle). C'est soit l'argent, soit la rue. Pas de compromis. Du côté de Rodenkirchen, au Ratinger Hof ou à la Carsh-haus, c'est l'émeute continuelle teintée de sado-masochisme.



Sitôt la première vague des groupes punk rock anglicisés passée, les enfants qui se souviennent de France Gall chantant les louanges de l'ordinateur sur la Nr.3 accèdent enfin aux studios. La technique n'effraie pas ces nouveaux fauves qui hurlent leur amour du béton et de l'acier à travers l'énergie forte d'une musique qui n'hésite plus à utiliser les machines dans tous les sens possibles. L'impase punk-prolo-pub est transcendée. Leur weltanschauung n'exclue en aucun cas l'humour, noir, tueur pour certains. Les confrontations permanentes n'excluent pas non plus les fraulein qui sont à la tête de groupes de plus en plus nombreux. Des communautés intra-villes se forment, les influences ne sont pas musicales (pas de redite à l'english) mais se situent chez les surréalistes, dans l'activisme viennois (Otto Mühl) ou les écoles picturales (Neuen Wilden).

Des personnages clés animeront ce réseau triangulaire et lui donneront le maximum d'aufklarüng. Ils s'appellent Kippenberger à Berlin (peintre et boss du club So36), Alfred Hilsberg (fondateur de ZICKZACK, LE label du mouvement) à Hamburg, Kurt "Pyrolator" Dahlke (fondateur de L'AUTRE label, ATA TAK) à Dusseldorf, Muscha et Trini Trimpop (qui ont apporté la vidéo, et Toten Hausen), Franz Bielmeier et son RONDO, Peter Hein de Fehlfarben puis d'autres hommes de l'ombre comme Jaki Eldorado ou Peter Hein. Ils témoignent tous dans ce bouquin de Jürgen Teipel livré fin 2010, le plus puissant sorti de l'écurie ALLIA (consacré en grande partie à l'analyse du phénomène DAF). C'est parti. Verschwende deine jugend!

Lire la suite

FluoGlacial, 3 ans, 900 articles.



DOSSIERS

Adopte Un Mec: Rencontres du 3ème type
Adopte Un Mec: L'enquête corsée
Le "hardcore beatdown" en France
Nouvelles Vagues: The French Cold Wave

Alain Corneau (1977-1981) Flingues
David Cronenberg (1966-1986) Canadien fou
David Cronenberg (1988-2008) Cerveau malade
Emilio Estevez (1982-1986) Juvénile délinquance
Fernando Arrabal (1971-1975) Panique!
Joël Séria (1971-1977) Sex in the 70's
John Carpenter (1974-1982) Le prince noir
John Carpenter (1983-1988) Brûle Hollywood brûle
John Carpenter (1992-2001) La chute
Jules Dassin (1947-1955) Le Film Noir
Penelope Spheeris (1980-1985) Anarchy in the US
Spike Lee (1986-1998) Puissance des Noirs
Yves Boisset (1970-1977) Engragement

Best of Trash: M6 Music
Black & Noir: 1947-1949
Black & Noir: 1950-1955
Carnets Noirs I - Musiques industrielles
Carnets Noirs II 1 - France pop
Carnets Noirs II 2 - France froide
Carnets Noirs II 3 - France robot
Cro-Mags, l'histoire de NYC par John Joseph
Gasface #1 à #6
Global Techno, de Paris à Detroit
Les Skinheads au Cinéma (1963-1982)
Les Skinheads au Cinéma (1989-1998)
Les Skinheads au Cinéma (1999-2008)
Nerds! (1982-1985) Teenotron
Nouvelle Blaxploitation (1990-1997)
New York Hard Core
Queensbridge style
Sonic Youth, Sensational fix


ENTREVUES

BLACKLISTED : Peace/War
RINGWORM : There is no God (in Cleveland)
DEAL WITH IT : Apocalypse in the U.K.
NANTES RESILIENCE : Le choc du mois
GESAFFELSTEIN : L'interview
GESAFFELSTEIN : Le blindtest
IRON AGE & POWER TRIP : Texas or Bust !
BERNARD BACOS : Branchédavant
DEATH IN JUNE : 30 years of carrion


FILMS 1950sFILMS 1960s
Archimède le Clochard, 1958Classe Tous Risques, 1960
Graine de Violence, 1955The Cool World, 1964
Le Beau Serge, 1958La 317ème Section, 1965
Les Cousins, 1959La Bataille d'Algers, 1966
Les Dragueurs, 1959La Cible, 1968
Les Garçons, 1959La Dixième Victime, 1965
Les Inutiles, 1953La Métamorphose des Cloportes, 1962
Les Nuits Blanches, 1957La Solitude du Coureur de Fond, 1962
Les Tricheurs, 1958Le Trou, 1960
Marie-Octobre, 1958Les Damnés, 1969
Marqué par la Haine, 1956Mélodie en Sous-Sol, 1963
Miracle à Milan, 1951Que la Bête Meure, 1969
Mort d'un Cycliste, 1955Six Femmes pour l'Assassin, 1964
On the Bowery, 1957Terrain Vague, 1960
Un Témoins dans la Ville, 1959Trans-Europ-Express, 1966


FILMS 1970sFILMS 1990s
80 Blocks From Tiffany's, 1979Bienvenue Dans l'Age Ingrat, 1995
Black Christmas, 1974Bleeder, 1999
Blue Collar, 1978Break Out, 1992
C'était Demain, 1979Cabal, 1990
Calmos, 1976Dans la Peau de John Malkovich, 1999
Carnage, 1972Detroit Rock City, 1999
Ces Garçons Qui Venaient du Brésil, 1978Emil Cioran, 1995
Hardcore, 1979Etat des Lieux, 1995
Juste Avant la Nuit, 1970Event Horizon, 1997
La Bande des Quatre, 1979Génération Rebelle, 1993
La Bête Tue de Sang-Froid, 1975Hangin' With the Homeboys, 1991
La Rage au Poing, 1973Happiness, 1998
La Traque, 1975Hardware, 1990
Le Boucher, 1970In China They Eat Dogs, 1999
Le Dieu d'Osier, 1973L.627, 1992
Le Fantôme de la Liberté, 1974L'Expérience Interdite, 1990
Le Pénitencier, 1973L'Humanité, 1999
Le Survivant, 1971La Vie de Jésus, 1997
Les Contes de Canterbury, 1972Les Anges de la Nuit, 1990
Les Diables, 1971Les Conspirateurs du Plaisir, 1996
Les Durs, 1974Les Princes de la Ville, 1993
Les Mains dans les Poches, 1974Little Odessa, 1994
Macadam à Deux Voies, 1971Lune Froide, 1991
Mélodie pour un Tueur, 1978Naked, 1993
Meurtres Sous Contrôle, 1976Parfait Amour, 1996
New York Ne Répond Plus, 1975Pusher, 1996
Point Limite Zéro, 1970Schramm, 1993
Scum, 1979Sombre, 1998
Sex-Shop, 1972Swingers, 1996
Violence sur la Ville, 1979Terror Firmer, 1999
Zabriskie Point, 1970
Zombie, 1978


FILMS 1980s
A Couteau Tiré, 1983Le Pont du Nord, 1981
Appel d'Urgence, 1988Lean On Me, 1989
Attention Délires!, 1984Les Banlieusards, 1989
Bachelor Party, 1984Les Mois d'Avril Sont Meurtriers, 1987
Bad Boys, 1983Les Seigneurs de la Ville, 1986
Brubaker, 1980Mort un Dimanche de Pluie, 1986
Burst City, 1982Ms. 45, 1981
Christiane F., 13 ans, prostituée, 1981Phantom, 1986
Conversations Nocturnes, 1988Pixote, La Loi du Plus Faible, 1981
Decoder, 1984Porky's, 1982
Depeche Mode 101, 1989Possession, 1981
Désordre, 1986Quicksilver, 1986
Dogs In Space, 1986Roadie, 1980
Fast Times at Ridgemont High, 1982Rue Barbare, 1984
Front 242, 1986Schizophrenia, 1983
Garçonne, 1980Skate Gang, 1986
Ghosts of the Civil Dead, 1988Skate Rider, 1988
Hidden, 1987Society, 1989
Hors-la-Loi, 1985Stand by Me, 1986
Kamikaze, 1986Story of a Junkie, 1984
L'Emprise, 1981Streetwise, 1984
L'Enfant du Diable, 1980Sur le Globe d'Argent, 1988
La Bande du Rex, 1980Tetsuo, 1988
La Brune et Moi, 1980The Beat, 1988
La Folle Journée de Ferris Bueller, 1986The Loveless, 1982
La Loi du Campus, 1986The Slog Movie, 1982
La Rue, 1987Three O'Clock High, 1987
Le Cimetière des Voitures, 1983Un Monde Sans Pitié, 1989
Le Dernier Survivant, 1985Une Pierre dans la Bouche, 1983
Le Drive In de la Mort, 1986Vice Squad, 1982
Le Fleuve de la Mort, 1986Victory Under the Sun, 1988
Le Jour d'Après, 1983Vigilante-Justice Sans Sommation, 1982
Le Môme, 1986
Le Policeman, 1981


FILMS 2000s
Awaydays, 2009L'Instinct de Mort, 2008
Bad Lieutenant, 2009La Raison du Plus Faible, 2006
Biutiful, 2010Le Guerrier Silencieux, 2009
Cam2Cam, 2008Le Parfum, 2006
Canine, 2009Les Fils de l'Homme, 2006
Chopper, 2000Les Mathématiques du Roi Heenok, 2007
Cocaïno Rap Musique, 2008Les Particules Elementaires, 2006
Confession d'un Dragueur, 2001Maléfique, 2003
Death Sentence, 2007MR73, 2008
Démence, 2005No Country for Old Men, 2007
District 9, 2009Paranormal Activity, 2009
Enter The Void, 2009RAPT, 2009
Evilenko, 2004Redacted, 2007
Ex Drummer, 2007Shutter Island, 2009
Expandables, 2010Soyez Sympas, Rembobinez, 2007
Felon, 2008Submarino, 2010
Gran Torino, 2009Sur les Pavés, 2008
Harry Brown, 2009Taxidermie, 2006
Hunger, 2008The Great British Synth, 2009
Import/Export, 2007The House of the Devil, 2009
In Hell, 2003The Hunter, 2010
Inception, 2010The Mist, 2007
Inside Job, 2003The Road, 2009
Kontroll, 2003Timecrimes, 2007
J'ai Toujours Rêvé d'Etre un Gangster, 2008Un Prophète, 2009
Joy Division, 2009Wackness, 2008
L'Ennemi Public N°1, 2008White Lightnin', 2009
L'Expérience, 2000Who's That Knocking at My Door?, 2009


PLAYLISTS

#7HC 90's: Apocalypse 1999
#8Le Top 49 de 1989
#9Invitation au Suicide Folk
#10Black & White in the 70's
Les Années 80Putain de Zone
Le PrintempsEBM: Complexe Industriel
Le Rap des 90'sDoom: Orage de poussière
Bummer of LoveRussia: Smurf in the Goulag
SunGodShoegaze: Coupobol
HC 80's: Back to school againRobots: Hiver 81
John Carpenter 74-93


LECTURES

Barbey D'Aurevilly, L'ensorcelée.
Barrès, La colline inspirée.
Baudrillard, La société de consommation.
Berdiaev, Esprit et réalité.
Berdiaev, Solitude, société et communauté.
Bernanos, La grande peur des bien-pensants.
Bernanos, La France contre les robots.
Bloy, Le désespéré.
Bourre, Guerrier du rêve.
Camus, La peste.
Camus, L'homme révolté.
Céline, Mort à crédit.
Cendrars, Moravagine.
Cioran, Le crépuscule des pensées.
Clouscard, Le capitalisme de la séduction.
Costes, Un bunker en banlieue.
De Gourmont, La culture des idées.
Degaudenzi, Zone.
Desgranges, Je vous hais.
Faulkner, Tandis que j'agonise.
Genet, Pompes funèbres.
Gogol, Le portrait.
Guénon, La crise du monde moderne.
Hello, L'homme.
Henric, La peinture et le mal.
Herr Sang, Vivre pas survivre.
Huysmans, A rebours.
Huysmans, Là-bas.
Huxley, Le meilleur des mondes.
Lautréamont, Poésies.
Leduc, Art morbide.
Leiris, L'âge d'homme.
Lermontov, Un héros de notre temps.
Lewis, Le moine.
Marcadé, Au-delà de l'Avenue D.
Maturin, Melmoth l'homme errant.
Miller, Printemps noir.
Miller, Tropique du Cancer.
Montherlant, Les jeunes filles.
Nabe, L'homme qui arrêta d'écrire.
Nabe, Morceaux choisis.
Pacadis, Nightclubbing.
Péguy, Notre jeunesse.
Philipps, Made in la rue.
Revel, La connaissance inutile.
Sagnard, Vous êtes sur la liste?.
Soral, Mouvements de mode.
Suarès, Vues sur l'Europe.
Villiers De L'Isle-Adam, Contes cruels.
Zamiatine, Nous autres.


RAPPORTS DE NUIT

Arnaud RebotiniKickback
BalanceLa Souris Déglinguée
BerlinLasting Values
BlacklistedLions Den
Blank DogsLuke Eargoggle
Blaq PoetMasterpiece
David CarrettaModel 500
DieudonnéParis
Dour Fest 2008Roi Heenok
Egyptian LoverSaid and Done
Free Edge Fest 2008Seth Gueko
GesaffelsteinSuicidal Tendencies
Gesaffelstein IISuisse
Glass CandyThe Mongoloids
Ieperfest 2008Tour de France
IntegrityTrapped Under Ice
Integrity IITromatized Youth
Jeff MillsVice Party
JusticeDopplereffekt


DISQUES HARDCORE

20082009
ALBUMSDEMOS
EPSBlack Breath
DEMOSBlind to Faith
Alpha & OmegaBrick
Bitter EndCornered
BlacklistedCreatures
BracewarFire & Ice
Cold WorldGolden District
Cruel HandGoldust
Deal With ItHarm's Way
Dirty MoneyIron Age
FlitoxKickback
Fucked UpLasting Values
InhumanLiving Hell
IntegrityMammoth Grinder
JusticeMaximum Penalty
Mental OctopusMerauder
MerauderMother of Mercy
No Redeeming Social ValueMouthpiece
Pale CreationNaysayer
Power TripOne Life Crew
Rhythm to the MadnessPegasus
The IcePenalty
The IcemenPower Trip
The MongoloidsSwamp Thing
Today and Everything AfterThe Mongoloids
Trapped Under IceThe Stupids
Tromatized YouthTripface
Unseen ForceTrue Colors
ViolationUnreal City
War HungryWar Pigs
Youth of TogayWorld Gone Mad

2010Brutality Will Prevail
ALBUMSDeal With It
EPSFoose
SOCCA MOSHHarm's Way
HARDCORE 2011Integrity
AbraxisKilling Time
America's HardcoreStarkweather
Battle RuinsThe Ice
BlacklistedTwitching Tongues


DISQUES ELECTRONIQUE

200820092010
ALBUMS 1ALBUMS/MAXISMAXIS 1
ALBUMS 2TOUR DE FRANCEMAXIS 2
Absolute Body ControlBlack Devil Disco ClubTOUR DE FRANCE
David CarrettaCollegeA Man & A Machine
Fixmer/McCarthyDesireAbsolute Body Control
Front 242GatekeeperAutomelodi
GesaffelsteinGesaffelsteinDas Ding
Glass CandyGianni RossiDeux
KikoKill the DJFrank (Just Frank)
Miss KittinLuke EargoggleFuturisk
Mr OizoMillimetricGatekeeper
RebotiniModerneIn Aeternam Vale
RemoteSplash WaveLed Er Est
SebastianUnitsMartial Canterel
The HackerVitalic//Tense//
We Are PunksY.A.S.Turquoise Days
Zombie ZombieZerkaloWhite Car
Zombie NationXeno & Oaklander


DISQUES RAP

20082009/2010
ALBUMS 1EPMDAl'Tarba
ALBUMS 2Kool G RapAli
ALBUMS 3La RumeurAntidote
Appartement MentalNasBlaq Poet
Big NoydNYG'zCapone N Noreaga
Blaq PoetPlanet AsiaDespo Rutti
BoobaSeth GuekoLe Bavar & Ekoue
CormegaSmiff N WessunMF Doom
Craig BlackPete RockMobb Deep
DITCProdigyNecro
DJ PremierStacy EppsRaekwon
Eightball & MJGToraeRohff
EkoueTragedy KhadafiSeth Gueko


DISQUES METAL

A Pale Horse Named DeathJucifer
Black BreathKings Nothing
CoughObituary
CrowbarObliteration
DystopiaRamesses
EarthrideShrinebuilder
Electric WizardThe Sword
Hangman's ChairType O Negative
Hangman's Chair IIViolator
High On FireViolator II
HiraxWarbringer
Witch


SYNTHPOP, INDUSTRIEL, INDIE, ROCK.

20082010
Anne ClarkBLOGOLOCAUSTE
Cat PowerGIRLS 1
Cristal StiltsGIRLS 2
Cut CopyINDIE FAGS
Death In June69
FrustrationA Tribute to Pasolini
Glass CandyAgent Side Grinder
HeartbreakAlizée
LadyhawkeBlessure Grave
Magnetic FieldsBlonde Redhead
MetronomyBlood Axis
Paris ViolenceBrachko
SantogoldDeath In June
The ChordsDenner
The CreteensDernière Volonté
The CureDetachments
The PresetsDie Antwoord
TrotskidsFormer Ghosts
Vivan GirlsHeaven 17
JJ
2009La Souris Déglinguée
6CommLuftwaffe
Berlin 61/89Molly Nilsson
Cat PowerMonte Cazazza
Clan of XymoxOi! L'album
Depeche ModeRoses Never Fade
Die FormSixth June
Haine Haine HaineTame Impala
Haine Haine Haine IIThe Vaselines
Sad Lovers & GiantsThee Vicars
The Neon JudgementVilla Nah
Trisomie 21Zola Jesus

BLACK & NOIR : 1950-1955



SIDE STREET (1950) Anthony Mann

Il était une fois New York, la ville aux 365 meurtres par an... Cette intro me rappelle THE NAKED CITY de Jules Dassin. Mais là c'est Mann, qui attaque la tentation sans concession dans un noir urbain. Farley Granger est facteur et en faisant sa tournée, il entrevoit 2 billets de $100 dans le tiroir d'un avocat mafieux.. Le lendemain matin, il explose le casier avec la hache à incendie. C'est plus 200 mais $30 000 qu'il trouve !

Joe Norson sue à grosses goutes, le cas de conscience s'installe. Rapporter l'argent volé à des truands surveillés par les cognes ? Le garder et vivre toute sa vie dans la clandestinité ? Surtout qu'il attend un gamin et que sa femme panique (Cathy O'Donnell, le même couple que dans le tout aussi pessimiste THEY LIVE BY NIGHT de Nicholas Ray). Trahisons, cadavres, truands, cache-cache. La fatalité va décider pour lui et la descente s'achèvera dans une putain de course poursuite entre les gratte-ciels. CALL THE MEAT WAGON. Une valeur sûre.


THE ASPHALT JUNGLE (1950) John Huston



Après tout, le crime... ce n'est qu'une forme dégénérée de l'ambition... Quand l'originateur du genre récidive après son faucon noir, ça fait boom, la détonation obligatoire pour faire sauter le coffre. Il est ici affaire de casse, un fil conducteur qui sera repris pendant des années et des années. Une planification réfléchie et travaillée qui, bien entendu, finira mal, la faute à cette satanée détonation. La galerie de personnages est épicée, comme d'habitude chez Huston. Il y a la brute, l'homme de main (Sterling Hayden), le dandy docteur (Erwin Riedenschneider), l'aristocrate ruiné (Le baron Emmerich) et sa potiche vénale (Marilyn Monroe), l'entremetteur balance (Cobby), le perceur de coffres (Anthony Caruso), le pilote droit mais bossu (James Whitmore), etc.

Tous sont mêlés à la subtilisation d'un butin à 7 chiffres. Alibis douteux, razzia policière, planques inutiles depuis la diffusion de leur photo dans les journaux, un à un, ils vont se faire rattraper par la patrouille de façon plus ou moins tragique, comme le baron, préférant se suicider que d'être jugé. Un polar extrêmement sombre et minutieux aux dialogues grandioses. PARFAIT.


THE NARROW MARGIN (1952) Richard Fleisher



L'étranger du train d'Hitchie a donné des idées à Richie. Fini les parties de tennis de Farley Granger, dans cette sombre histoire de train, Charles McGraw, sergent de police, doit protéger un témoin de la mafia et le conduire à la cour. 3 scélérats sont aussi du voyage, et une de leur tire suit les rails. Le voyage va être long, très long. Je révèle le secret dès le départ car quand un film est bon, ça n'a pas d'importance. La femme qu'il croit cacher dans son compartiment voisin est en fait une flic, excitante et capricieuse poulette, la précieuse veuve (Marie Windsor) déambule donc librement dans les wagons.

Brown va apprendre qu'il a été berné bien plus tard. Les nombreux face à face dans un espace si restreint sont étouffants. La scène de bagaaaarre dans les toilettes des ladies est impressionnante. Le suspense est continuel, on ne sait plus qui est qui, qui commande, et si cette liste noire que la mob recherche existe vraiment. Mais comme disait le gros Alfred, "le public s'en tape, seul le suspense compte". Un remake plus bougeant a été réalisé en 1990 avec Gene Hackman. Ça reste un must.


PICKUP ON SOUTH STREET (1953) Samuel Fuller



So you're a Red, who cares? Your money's as good as anybody else's. C'est toujours savoureux de voir Richard Widmark plus cabotin que jamais à l'écran, voyou libre ou mourir. Pickpocket de haute voltige, il se fait pourtant prendre en chouravant le portefeuille d'une femme dans le tramway (scène metro sexuelle). Les bleus la surveillaient. L'ami de Candy (Jean Peters) est en effet soupçonné de collaboration avec l'ennemi communiste. On est en 1953 et c'est la chasse aux rouges ! (Dédicace à Elia Kazan) Chaque personnage du film est anti-commie par défaut, ils ne veulent rien savoir, et surtout ne pas être inquiétés par les brigades de McCarthy quand on leur pose des questions. Leur patrie ? La rue.

Le portefeuille chipé contenait bien un microfilm avec formules de type chimiques. Un vrai jeu de la souris va alors s'établir entre Skip McCoy, qui possède toutes les cartes en main (+ la femme volée), les gangsters traitres de la nation, et la police locale, appuyée de détectives, prête à tout pour se faire mousser. New-York noir et exotique (Skip habite une cabane sur pilotis dans le bowery !), décor idéal pour un thriller de professionnels. Combat final haletant dans le métro. BANCO.


THE BIG HEAT (1953) Fritz Lang



You're about as romantic as a pair of handcuffs. Fritz n'est pas le maître pour rien. Avec un scénario très conventionnel pour nous autres, enfants du cinéma qui ne recharge jamais son arme, il parvient à amener un degré de violence et d'excitation rare pour l'époque. Glenn Ford n'est clairement pas le mec à faire chier. Flic intègre, père de famille comblé, c'est la puissance de l'American Way of Life dans sa vie. Mais il faut bien que le rêve s'arrête, nous ne sommes pas dans un Film Blanc.



Trop intègre, ses supérieurs vont vite le lui faire comprendre lorsqu'il va enquêter sur le suicide d'un ex-sergent de police. Coups de téléphone anonymes, filatures, et le drame, une bombe sur le démarreur de sa berline : sa femme en subit la létale conséquence. Fini de jouer, Dave Bannion haït la terre entière et bien qu'ayant rendu son étoile, part en croisade contre la corruption et la pourriture qui étouffe sa cité. Lagana, le maître de la ville, va essuyer de lourdes pertes et ce n'est pas ses sbires (Lee Marvin le bastonneur de femmes) qui stopperont Glenn la haine. Et ce sera une fois de plus une femme, (la maitresse de Marvin), qui assènera le coup de grâce. Pure vengeance.


KISS ME DEADLY (1955) Robert Aldrich



Women are worse than flies. Tout commence par de l'autostop, pratique désabusée chère au film noir (voir l'excellent DETOUR de 1945). Et c'est le début des problèmes pour le détective Mike Hammer. Christina vient de s'échapper d'un hôpital psychiatrique. Ils passent le premier barrage avant d'être piégés par un long corbillard. Puis plus rien. Hammer se réveille à la clinique 3 jours plus tard. Toujours suivi de prêt par les scélérats qui ont manqué leur coup, l'énigme du tragique "Remember me!", dernière parole de la victime, va se dévoiler au fur et à mesure (grâce à un recueil de poésies).

Mais la curiosité creuse des tombes, tous ceux supposés savoir sont supprimés, même Nick, le garagiste de Mike, un grec lubrique complètement timbré ! Qui sont-ILS ? Pourquoi la police ne fait rien ? Hammer va vite se rendre compte du complot. Avant de mourir, Christina avait avalé une clé, clé qui ouvre un casier d'une salle de gym, casier qui contient un mystérieux coffre, coffre qui contient... THE BOMB ! I'd just say three words : Project Manhattan. Trinity. Los Alamos. Le démoniaque docteur Soberin qui aura enfin récupéré son bébé, se fera devancer par sa maitresse, toujours les mêmes... Non, n'ouvre pas la boite ! Suspense Noir scientifiquement fictionnel, Lynch n'a rien inventé. Les années 60 arrivent, tous aux abris.

FIN

LE DÉBUT : 1947-1949

BLACK & NOIR : 1947-1949



1941. Le faucon maltais d'Humphrey Bogart va déployer ses ailes noires et créer un nouveau genre cinématographique pour la décennie à venir, influençant pour longtemps le grand écran. Nourri de littérature pulp, dans le prolongement des films de gangsters des années 30 et du réalisme français de Renoir ou Carné, on baptise ce courant hollywoodien d'un sobriquet français : FILM NOIR. Fritz Lang, Robert Siodmak, Billy Wilder, immigrés autrichiens et allemands, Howard Hawks, Orson Welles ou Alfred Hitchcock, vont tous contribuer à l'affirmation de ce style de métrage précis et cynique.

Royaume du mensonge, du parler dur et des intrigues complexes. Univers peuplé d'individus fatalistes, vicieux et corrompus, vêtus de longs impairs beiges. La rupture avec la romance et le mélodrame traditionnel est consumée. C'est une autre vision de l'après-guerre, décadente, perdue dans l'alcoolisme, l'adultère, le jeu et le crime. C'est aussi l'avènement de la femme fatale, vénale et machiavélique. Lauren Bacall, Veronica Lake, Rita Hayworth et Ava Gardner magnifieront ce rôle. Voici un passage en revue de 13 films marquants, réputés ou non, sortis dans la prolifique décennie 1945-1955.



OUT OF THE PAST (1947) Jacques Tourneur



Ça commence très fort. Après avoir tâté du zombie, Tourneur emploie deux des meilleurs tronches de l'époque pour son meilleur film. Robert Mitchum VS. Kirk Douglas. Le second, ressurgit dans le présent du premier. Anciens partenaires en crime, Sterling réengage Bailey pour retrouver sa femme, échappée à Acapulco. Évidemment, Jane Greer va séduire Bailey le tombeur, et ils vont tenter de s'enfuir ensemble, mais on ne fuck pas avec Kirk Douglas (My feelings? About ten years ago, I hid them somewhere and haven't been able to find them). Le vice de Jane Greer atteint les limites du raisonnable. Les dialogues sont d'une qualité incroyable. Ironiques, cyniques, sexistes et drôles, sortant de la bouche de Mitchum (accompagnée de la voix off inhérente au genre), ils prennent encore plus d'ampleur (You're like a leaf that the wind blows from one gutter to another). Filmé au Mexique, Nevada, Californie et NY. Si tu ne devais en voir qu'un...


RAW DEAL (1948) Anthony Mann



Case prison. Rick doit du dollar à Joe, un voyou sans pitié enfermé à sa place. Il organise donc son évasion en espérant qu'il se fasse descendre, ainsi, plus de dette débitable. VICE. Seulement Dennis O'Keefe pas trop. Non seulement il réussit à sortir du bordel mais en plus, s'engage dans un road trip mouvementé, avec sa femme collante, et son avocate désirable. Destination : le plus loin possible. Pas banal comme scénario. Il y a une scène géniale où, cachés chez un vieil ami de Joe, au milieu d'une forêt, un autre truand débarque dans la nuit pour se planquer, suivi par une armée de flics. Confusion totale. Tiraillé entre les 2 femmes, jusqu'à la dernière minute du film, il règlera ses comptes avec Raymond Burr comme prévu, au rendez-vous fixé avant l'évasion. Mais sait-il ce qu'il l'attend ? Une bonne affaire pour Monsieur Mann.


THE STREET WITH NO NAME (1948) William Keighley



Deuxième film de Richard Widmark, après son rôle diabolique dans le KISS OF DEATH d'Hathaway où il pousse une mémé en fauteuil du haut des escaliers ! Il joue ici un criminel plus stable mais tout aussi tyrannique. Son règne n'a que trop longtemps duré. Mark Stevens, un flic sous couverture, va pénétrer son gang pour tenter de le prendre en flag. Leur coutume est de faire coffrer chaque nouveau membre de la bande pour vérifier son casier. Alec Stiles est ensuite sûr de pouvoir compter sur lui. Après avoir côtoyé salle de boxe et salle de jeu, Manly assiste à la préparation d'un nouveau casse, tout en tenant informé un collègue installé dans un hotel miteux en face du sien. Manly va découvrir qu'Alec possède un mouchard haut placé dans la police et son entreprise va devenir très périlleuse. Entre gangster et noir, un suspense haletant pour un film policier précurseur. La rue. La nuit. Top.


ACT OF VIOLENCE (1948) Fred Zinneman



Changement de registre pour un thriller qui aurait très bien pu s'appeler PURE VENGEANCE, BACK FROM HELL, ou un million d'autres possibilités de ce type (par le réalisateur du CHACAL). La seconde guerre mondiale a laissé des séquelles. Joe Parkson est un ancien prisonnier des nazis et tombe sur la photo de son compatriote Frank Enley dans un journal. Van Heflin a réussi et mène une vie paisible au sein de sa communauté californienne. Seulement ce que ni les gens ni sa femme ne savent, c'est qu'il n'a pas hésité à trahir les siens pour se sauver des griffe allemandes. Robert Ryan est le seul survivant, boiteux, et tient bien se rembourser en nature pour le devoir de mémoire. Un homme terrorisé, qui va toucher le bas-fond et s'acoquiner avec des gangsters de bas-étage, face à un ennemi vengeur et déterminé. Une traque qui ne peut s'achever que de manière irréversible. Un film qui ne plaisante pas.


THE SET-UP (1949) Robert Wise



Robert Ryan la tête de mule, passe ici du côté de la victime dans un intelligent film de boxe. Stoker est un vieux boxer risible qui n'intéresse plus personne. Sa meuf qui ne supporte plus sa gueule amochée a décidé de ne pas se rendre à son combat ce soir, et d'aller plutôt trainer sur le boulevard, l'âme en peine. Pendant ce temps, on suit le petit monde de la boxe et l'enchainement d'une nuit au gymnase vue du vestiaire. Les jeunes fauves, les vieux briscards, les réalistes et les idéalistes. Un portrait authentique et drôle. Dernier combat de la soirée. Stoker surprend tout le monde, solide jusqu'au 3ème round, et voyant l'absence de sa moitié dans la tribune, il met KO son adversaire 10 ans plus jeune, frôlant l'épuisement. Mais la joie est de courte durée, le caïd du coin a truqué le match et Stoker ne s'étant pas couché, il va devoir s'en expliquer. Justice du milieu impitoyable et drame sportif sans précédent. Un classique signé Robert Street-Wise.


WHITE HEAT (1949) Raoul Walsh



Rencontre de deux géants. Raoul Walsh dit le borgne, pionnier du cinéma américain, et James Cagney dit le teigneux, le plus authentique gangster que le cinoche ait connu. Tout commence par une attaque de train façon western. Cody Jarrett, gang leader psychopathe, est envoyé au trou. Pour attraper ses complices, un jeune flic sous l'identité de Vic Pardo doit ingénieusement se travestir en pote de cellule. Et tout va aller très vite. Inquiet pour sa mère, qui est tout pour lui (comme Ma et Joe Dalton), Cody va accélérer les choses et sortir tout seul. Vic désormais membre de la bande va difficilement garder le contact avec ses collègues, fabriquant toutefois un capteur radio à l'aide d'un vieux transistor (McGyver n'a rien inventé). Cody doit surveiller sa santé (crises de haine), sa femme volage qui flirte avec son bras droit et le prochain hold-up en prévision. Et rassurez-vous, tous les traitres seront démasqués. La prestation diabolique et violente de Cagney est un plaisir pour les yeux et les oreilles. La fin du film est atomique, à tous les degrés. Une jouissive démonstration de force.


THE THIRD MAN (1949) Carol Reed



Après les bas-fonds de Frisco, LA, Chicago ou NY, le film noir nous entraine sur les pavés glissants européens. Carol Reed se rend à Vienne après avoir exploré l'Irlande dans son autre classique, ODD MAN OUT. C'est tellement riche que je vais tenter de faire court. 1945, la ville est coupée en 4 comme Berlin. Soviétiques, Américains, Britanniques et Français se partagent le gâteau. Holly Martins, écrivain US de polars en vogue, s'y rend pour voir un ami. Pas de bol, Harry Lime vient de se faire tuer par une voiture. Holly va se substituer au héros de ses livres pour mener lui-même l'enquête sur ce louche accident. Avec Anna, l'ex-compagne d'Harry, mêlée à une sombre affaire de faux papiers, et un soutien ambigu du Sergent britannique Paine, il va lui aussi jouer avec sa vie et découvrir que Harry a organisé sa mort pour agir en souterrain et continuer son marché noir de morphine. Orson Welles performe et ce long final dans les égouts viennois est un délice. Ambiance mystérieuse, nuits sombres et scénario savant. Sisi peut sucer ça. Une démonstration de finesse.

LA SUITE : 1950-1955

John Carpenter (1992-2001) : La Chute

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

John Carpenter (1983-1988) : Brûle Hollywood Brûle

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

John Carpenter (1974-1982) : Le prince noir

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Il vit ! Nous dormons ! Mais pour combien de temps encore ? Né en 1948 seulement, on pourrait penser que John Carpenter ait déjà dépassé le siècle. Le cheveu blanc éclatant et les rides avancées témoignent du tourment présent dans la tête de cet homme. C'est l'anti-Spielberg comme il aime le rappeler, l'opposé du cinéaste familial qui a œuvré dans tous les genres, de la science-fiction à l'action, du fantastique au mystique, de l'horreur au dénonciateur... Et son œuvre ne s'arrête pas à l'image, en témoigne sa musique électronique minimaliste et angoissante, hyper en avance pour l'époque, il signe la plupart des b.o. de ses films.

Une compilation maison de ses bandes-son à écouter ICI.

Carpenter a réussi à unifier deux catégories filmiques en une, créant des AB movies toujours plus performants. Dès le début à mi-chemin entre la réaction et la subversion, entre les classiques et l'exploitation, ses westerns modernes restent la marque d'un perpétuel combat face à la machine Hollywood. Il disait avoir rencontré l'incarnation du démon dans sa jeunesse, mais qu'il ne s'étendrait pas sur le sujet tant que ses parents vivraient... En attendant le décès, viens donc faire un petit tour dans la bouche des ténèbres...

Lire la suite

Spike Lee (1986-1998) : Puissance des Noirs



Non à la demi-marche. En 20 ans de cinoche, Spike Lee le politiquement incorrect aura bien su mené sa barque. Malgré quelques coups de fringale, il a maintenu un niveau correct dans l'humour et les sujets qui font mal tout au long de la décennie 90, celle qui l'a sacré premier porte-parole de la noirance américaine. Cette sélection concerne 9 films aux héros 100% noirs (si tu en veux 12 de plus, clique clique là). Il y a les bons racistes et les mauvais racistes. En appelant un chat un chat, Spike Lee fait clairement partie de la première catégorie. Tout ce que sa communauté mange au long de sa filmographie l'appuie. Allez, vous me mettrez 40 hectares et une mule.


SHE'S GOTTA HAVE IT (1986)



Spike Lee a été bien éduqué. Il fait ses débuts de réalisateur dans une prestigieuse faculté. Plusieurs essais dont le JOE'S BED-STUY BARBERSHOP en 1983 le forgent. Il change de braquet et, ses études finies, publie son premier film 3 ans après. Nola Darling n'en fait qu'à sa tête. Une jeune artiste indépendante new-yorkaise jongle entre 3 petits amis qui sont au courant de la concurrence (la scène du repas à 4 est pimentée). Jamie, le brave type, courageux et amoureux. Greer, le sportif, riche et maniéré. Et Mars Blackmon (Spike Lee), la petite fouine de Brooklyn, toujours à marchander et déconner. Parfois prétentieux (noir & blanc + monologues nouvelle vague), ça reste un original état des lieux des rapports sentimentaux (et sexuels) de cette jeunesse afro-américaine du milieu des années 80. C'est souvent drôle (merci Mars), et Spike Lee a le même vélo que Fishburne dans QUICKSILVER. La comédie sérieuse, style de prédilection de Lee, s'établit ici.



SCHOOL DAZE (1988)



C'est le temps de retourner au collège. Au cœur de ce film d'adulescents, deux visions du cheminement universitaire s'affrontent. L'une représentée par Laurence Fishburne, prônant la quête du savoir et le rester noir, africanisme et compagnie. L'autre dirigée par le génial Giancarlo Esposito, le boss des Gamma Iphi Gamma, respectant la tradition des confréries grecques, bouffonnerie et tirage sur l'élastique. Le bleu Spike Lee fera tout (vraiment tout) pour se faire accepter par les Gammas jusqu'à une cérémonie finale de dépucelage hilarante. Malgré les passages "comédie musicale" légèrement bidons, on se met bien. Une bande son pleine de rythme, des personnages forts en gueule, des filles blanchies, un climat sexuel. L'univers 2 en 1 léger et social de Spike Lee commence à jizzer à l'écran avant le feu d'artifice de son prochain métrage. Et le monde découvre Samuel L. Jackson le bad man.



DO THE RIGHT THING (1989)



Le meilleur, sans aucune hésitation. Je ne m'attarde pas sur le scénario, here we go yo here we go yo, mais plutôt sur la réédition qui vient de sortir fêtant le 20ème anniversaire du film sorti en juin 1989, et tourné pendant le très chaud été 88. Inspiré de la ratonnade d'Howard Beach, où une dizaine d'italiens avaient savaté trois noirs tombés en panne dans le coin, Spike Lee touche à plein de sujets chauds du New-York de l'époque contrôlé par Ed Koch (racisme, interracialité, brutalités policières, boulot...). Et tout ça avec un style zulu incroyable et un humour au top, jamais tu n'as ressenti une telle chaleur te pénétrer qu'en regardant ce film. Les personnages sont géniaux, en particulier Buggin Out, Radio Raheem, Mister Señor Love Daddy et Sweet Dick Willie. Ce ne sont clairement pas les noirs d'Hollywood. PUBLIC ENEMY et Nike Air's s'entrelacent dans un Brooklyn magique.



Le making-of d'une heure est très instructif. Diffusé à la télé en 89, il montre comment l'occupation du quartier dit craignos de Bedford-Stuyvesant a été vécu de l'intérieur. Interviews des locaux, des techniciens, des acteurs, etc. C'est très complet et le son de cloche est rarement le même. Behind the scenes rentre dans l'intimité des acteurs et la préparation de leurs rôles. Beaucoup de rigolade, comme lorsque Spike Lee, à la block party finale, reçoit de la part de l'équipe un maillot de Larry Bird en cadeau ! La conférence de presse à Cannes (45mn) est assez surréaliste. Spike en t-shirt X'é répond aux journalistes blancs un à un en enfonçant le clou à chaque fois. "Pourquoi vous ne parlez pas de la drogue ?", "Vous pensez que ça va péter à NY ?", "Pourquoi citer Malcolm X et pas Luther King ?", etc etc. On trouve aussi 11 deleted scenes, sans vraiment d'intérêt, et puis une rétrospective 20 ans après avec les participants directs au film. Chope donc ça.



MO' BETTER BLUES (1990)



En 1988, Clint Eastwood tourne BIRD, sur la vie de Charlie Parker. Spike Lee, sans doute vexé qu'un blanc ait tourné le meilleur film sur le jazz, choisit l'épopée d'un quintette jazz comme trame. Ce sera bien moins réussi, et les 2 resteront ennemis à vie. Embrouille ravivée dernièrement lorsque Lee reprocha à Eastwood de n'avoir mis aucun noir dans FLAGS OF OUR FATHERS. Bref. C'est l'occase d'y voir un Denzel Washington (Bleek) en pleine confiance à l'aube des 90's, et un Wesley Snipes (Shadow), démon au saxophone. Toujours sexuel, Bleek qui se tape 2 meufs s'en fera piquer une par Shadow, qui montera ensuite son propre groupe dans le dos du trompettiste. Après un baston causé par les mauvaises fréquentations de leur manager bidon (Spike Lee), Bleek défiguré traversera son désert, puis tout rentrera dans l'ordre dans une fin chamallow en forme de mariage. Mouais. Fadasse tout ça.




JUNGLE FEVER (1991)



La fièvre de la jungle c'est quand un noir sexe une blanche, ou inversement. Ce film aux allures inoffensives renoue avec le verbe acéré et le racisme latent de DO THE RIGHT THING. Spike Lee gueule toujours ce que les new-yorkais chuchotent. Flipper (Wesley Snipes) est un honnête père de famille, architecte, réussite totale pour ce troisième homme, noir, dans un cabinet 100% blanc. Mais lorsque Angie (Annabella Sciorra), la nouvelle secrétaire débarque, son slip se tend. Pris de fièvre un soir d'heures supp, il la prend façon jungle sur le bureau. Aïe.

Il se confie, confiant, à son meilleur ami et voisin, Cyrus (Spike Lee), mais dès le lendemain, sa femme (mulâtresse traumatisée) en furie, le fout dehors. Traître. Pareil pour la belle italienne, qui se fait chasser à coups de poings du domicile familial par le padre. Au fur et à mesure, la température baissera entre les deux amants... et tout redeviendra presque comme avant... Samuel L. Jackson en crackhead, Hale Berry en pute camée, John Turturro en épicier attardé, Anthony Quinn en vieux rital obtus, Stevie Wonder à la musique... Spike Lee n'a pas lésiné sur le casting, ni sur les dialogues provocants, et le résultat est chouette.



MALCOLM X (1992)



Biopic de plus de 3 heures, adapté de l'autobiographie du leader nationaliste noir, le travail est fait dans le moindre détail. C'est Denzel Washington qui incarne le célèbre Malcolm Little, pour un de ses rôles les plus marquants. Bon, c'est long. Le début du film est un peu pénible et fait parodie de film mafia. Il recouvre l'existence malsaine et blanchie de Malcolm dans ses jeunes années, avant sa détention et sa découverte de l'Islam. Il se fera coffrer avec son compagnon de cambriole Shorty (Spike Lee) et leurs 2 compagnes blanches, accusées de traîtrise ! Le meurtre de son père lorsqu'il était enfant, tué par des Klansmen, ne semble pas avoir été déclencheur de sa foi, mais c'est sa rencontre avec le frère Baines en prison qui le fera prendre conscience des problèmes de son peuple.

Lorsqu'il sort, il devient très vite le bras droit d'Elijah Muhammad, le patron de la Nation of Islam, grâce à la théâtralité de ses discours acclamés par la foule. Après un long voyage en Égypte et son pèlerinage à la Mecque, X reviendra transformé, et modèrera ses prises de positions sur l'apartheid et ses menaces envers la communauté blanche, privilégiant une alliance pour la paix entre ses frères. Mais c'est trop tard, l'homme libre devient vite gênant pour l'organisation et attire toute l'attention des médias. Sa déclaration de basse-cour suite à l'assassinat de JFK ne fera que l'enfoncer. Le 12 novembre 1965, Malcolm X meurt après avoir reçu 18 balles dans le corps. Attentat signé par ses anciens alliés de la N.O.I., sans doute appuyés par d'autres forces blanches américaines... Un film puissant.



CROOKLYN (1994)



Après cette première salve de films relativement vindicatifs, voire racistes (pour la bonne cause ?), Spike Lee se laisse gagner par la nostalgie et nous conte les joies et les peines d'une famille Brooklynite des années 70. Il n'oublie pas son patelin. Éducation stricte, père musicien (Delroy Lindo), mère au foyer (Alfre Woodward) et la petite Troy au milieu de ses 4 frères. Les samedis matins devant Soul Train, les repas mouvementés, les vacances chez l'Oncle de province, les déambulations dans la cage d'escalier et le quartier, le divertissement, le grandissement... puis la rupture, les ennuis, le père éloigné. Avec une superbe bande son soul 70's, Spike Lee nous fait revivre une part de son enfance. C'est pas géant mais émouvant. (Les rappeurs BUCKSHOT et MASTA ACE l'ont immortalisé avec leur duo CROOKLYN DODGERS)



CLOCKERS (1995)



Spikie se lance dans l'aventure policière spectacle. Toujours sur les pas de Scorsese, il lui emprunte donc son acteur fétiche, Harvey Keitel, et blanchit légèrement son casting de tête, en mettant John Turturro en coéquipier. C'est à la base un roman de Richard Price, et ceux qui l'ont lu affirment que Lee a complètement enculé le scripte. Le mystérieux a dû être perdu au profit de l'action hollywoodienne. Mekhi Phifer est un jeune décrocheur qui vit de la drogue au milieu des projets. Il occupe son temps à tenir les bancs du square avec ses potes défoncés (dont Sticky Fingaz et Fredro Starr d'ONYX) tout en surveillant la présence des képis et le flux des consommateurs. Le pousseur est sous le tutorat de Delroy Lindo, le taulier du district. Mais lorsque son frère est mis au trou pour couvrir une sombre affaire de meurtre, tout se barre en couilles dans la cité. 1995, l'année rap, la bande son est encore tonitruante et c'est O.C., JERU THE DAMAJA et CHUBB ROCK qui en parlent le mieux : Return of the CROOKLYN DODGERS.



HE GOT GAME (1998)



C'est au milieu des 90's que Spike Lee va se lancer plus concrètement dans le documentaire. 4 LITTLE GIRLS sort en 1997 et revient sur l'attentat d'une église afro-américaine d'Alabama en 1963. Je passe l'horrible GIRL 6 et le road-movie GET ON THE BUS pour filer au panier. Jesus a envoyé sa femme au cimetière après une anicroche à la maison. Bible revisitée. Denzel Washington a encore le droit à un rôle où la performance est obligatoire. Il a élevé et entraîné son fils pour qu'il soit le meilleur, et ça a marché. Sauf que Jesus est toujours derrière les barreaux et a seulement vent des exploits de Jake (Ray Allen, le vrai) de l'extérieur. Le directeur de la zonze lui propose un deal simple, s'il arrive à convaincre son fils de signer un contrat avec l'université de Big State qui appartient à son pote gouverneur, Jesus est libre.

Dur. Surtout que le fiston a de tout autres projets. Mais le combat le plus dur sera de regagner le respect de son fils, pour reprendre son statut de patron comme autrefois. Parfois un peu lourd, ça reste un bon film. B.O. de PUBLIC ENEMY comme en 89. Si t'aimes la pression, le basket, le rap et les jolies filles (Milla Johovich, Rosario Dawson), c'est encore mieux. Par contre en 98, les Air Jordan c'est plus ce que c'était en 89. Ce film clôt 12 ans de puissance des noirs au cinéma, et ferme la parenthèse de la Nouvelle Blaxploitation que j'avais déjà évoqué précédemment, conclue elle aussi par un excellent film de basket, SOUL IN THE HOLE.




En 1999, le premier héros blanc d'un film de Spike Lee sera interprété par Adrian Brody, dans le superbe SUMMER OF SAM. Été 1977. Un tueur fou terrorise la population. L'avènement du punk prend place à Manhattan. Les guidos jouent avec leurs battes, et c'est pas au baseball (John Joseph parle très bien de ces italiens que personne piffrait à NY dans son INDISPENSABLE LIVRE). Un classique à voir. Puis en 2002, ce sera autour d'Edward Norton de starifier le somptueux THE 25TH HOUR. Identitairement fort une fois de plus, un immigré irlandais passe sa dernière journée avant de purger une peine de 7 ans de prison. Un film rongé par l'angoisse. Depuis la fin des années 90, le négrito se spécialise dans le documentaire et le film TV. INSIDE MAN (2006) marque un retour bluffant au plus haut niveau dans les salles. Une suite est d'ailleurs en cours. Regarde dehors.


Emilio Estevez (1982-1986) : Juvénile délinquance

Hebergeur d'image

Emilio, c'est le fils aîné de la famille Sheen (Martin, Charlie), les irlando-espagnols qui ont donné leur vie au cinéma. Lui a gardé la consonance hispanique et la réputation de raté. Le jeune BG à la blondance arrogante n'avait pas vraiment la tronche de l'emploi au départ, si on ajoute en plus son rire de mouette en chaleur. Mais il se trouve que dans presque tous ses rôles, il incarne le mauvais mauvais garçon. Ado en crise, rocker, geek, punk, jock, loser, dealer, braqueur... Il aura tout fait et participé aux teen movies les plus marquant des 80's. C'est l'été et c'est le moment de remonter le temps.

Lire la suite