Fluoglacial - Tendances Négatives

LA CHIESA (1989)



Lire la suite

NORWAY OF LIFE (2006)


Lire la suite

LES TEMPS MORTS (1965)


LE 13



COBRA jouera à Paris samedi, pour fêter le retour en France de KICKBACK. Ils seront tous deux accompagnés de YUSSUF JERUSALEM, une affiche à trois fourches, épicée, et marquée du sceau Fluoglacial. Vous pouvez d'ailleurs gagner 2 fois 1 place pour le concert en répondant à la question suivante :

Quel est le médicament préféré de Cobra ?

La première et ultime interview du groupe est disponible en cliquant sur le flyer ci-dessus (ou bien ici si vous souffrez des yeux).

Amitiés Aumistes.

Mise à jour du 12 octobre: Le concours est terminé, la réponse était:



KanzerSkud



<< Laibach voulait ajouter une touche Beauf Franchouillarde à leur aventure artistique, ils ont donc demandé aux plus médiocres artistes francais de passer une audition et de jouer DIE LIEBE. Les enfoirés coluchiens: Eddy Mitchell, Lara Fabian, Michel Sardou, Jean-Jacques Goldmann-Sachs... se sont presentés. Parmi eux se trouvait un espion du Mossad... Il voulait infiltrer le groupe néo-nazi Laibach. Mais, ne pouvant résister à la Puissance Fasciste de la musique de Laibach, il se met à psalmodier une chanson sioniste de Jean-Louis Costes "Rabbi Jacob, j'ai un Scud dans le Cul!"... C'est alors, qu'il est démasqué, arrêté et livré à Laibach par Johnny Hallyday. Notre Johnny National sera recompensé par Milan Fras pour donner une touche Franchouillarde Beaufisante à leur aventure conceptuelle. Ainsi est né le collectif artistque fasciste: JOHNNY LAIBACH. Johnny avait bien préparé son coup, portant le Brassard des Sudistes Americains, il revendiquait ouvertement son héritage raciste d'extrême droite! Congratulations JOHNNY REBEL... Welcome to LAIBACH KUNST!!!! Déboussolé, Eddy Mitchell prendra le maquis après avoir commis la profanation de Carpentras. Il deviendra le boucher des Balkans sous le nom de Radovan Karadzic. Michel Sardou fera des vidéos anti-musulmanes avec Death In June, quant à Jean-Jacques Goldmann-Sachs, il moisirait dans les sombres cachots slovènes.... >>




Rybczynski !


ICONOCLAST (2011)



Z-Bar, Berlin, 10.09.2011, Avant-première.

Boyd zone. 240 minutes de documentaire, il faut être prêt. C'est tout juste suffisant pour alimenter tous les penchants de Boyd Blake Rice, "l'artiste le plus dangereux du monde"... Avant tout, il faut savoir que Boyd est son vrai blase, son père tellement frustré d'avoir dû porté un nom de meuf toute sa vie (Beverly) lui a donné le prénom le plus viril qui soit, ça nous renseigne beaucoup sur l'identité future du personnage. Et pourtant, sa première mode adolescente sera celle du glam, longue mulette et platform boots en Sud Californie, ses héros sont New York Dolls. Il est déjà dans son bunker mental quand en projet de fin d'année, pendant que ses camarades de classe construisent une table ou une étagère, Boydy ramène d'énormes planches pour confectionner la croix de Jésus.

Boyd zone. 240 minutes documentary, you must be ready. It's just enough to feed all the fondnesses of Blake Boyd Rice, "the most dangerous artist in the world" ... Above all, we must know that Boyd is his real name, his father so frustrated to have carried a girl name all his life (Beverly) gave him the most virile name to be, it tells us much about the future identity of the character. Nevertheless, his first teenage trend will be glam, brushed hair and platform boots in SoCal, his heroes are New York Dolls. He's already in his mental bunker when during the school year-end project, while his classmates are building tables or shelfs, Boydy brings huge planks in class to make the Jesus cross.

Lire la suite

DILAPIDE TA JEUNESSE: Punk & New Wave in Deutschland



De l'autre côté de la ligne Maginot, le punk sortit du ventre de l'Allemagne par césarienne. Plus tardif que les précurseurs anglo-américains, plus corrosif que ses homologues français, les jeunes du Rhin ont surpris tout le monde dans les Ardennes ! Nous sommes en 1977, dans un pays où les terroristes d'ultra gauche (RAF et compagnie) font la pluie et le beau temps, et paradoxalement toujours baigné dans son passé nazi. Quand des gugusses comme Chrislo Haas, Gabi Delgado ou Tommi Stumpff vont débarquer pour foutre la merde, la swastika de Sid Vicious fera très pale figure ! La kultur alors enkylosée dans le marasme prog-rock est cadenassée par les petits profs hippies. Dans le climat politique tendu du rideau de fer, 3 villes vont s'embraser de 1977 à 1982: Dusseldorf, Hambourg et Berlin.

Très vite, une constante se retrouve dans chaque pôle: l'omniprésence de la violence. Les concerts sont des exutoires haineux autant pour les groupes que le public (le lancer de projectiles en deuxième sport national après la mannschaft), certains fascionistas n'hésitent pas à descendre dans le tas pour planter du gras. Tout le monde est ennemi: les popeux, les hippies, les teds (fortement représentés en Germania), les drogués, puis plus tard les vendus de la NDW (Neue Deutsche Welle). C'est soit l'argent, soit la rue. Pas de compromis. Du côté de Rodenkirchen, au Ratinger Hof ou à la Carsh-haus, c'est l'émeute continuelle teintée de sado-masochisme.



Sitôt la première vague des groupes punk rock anglicisés passée, les enfants qui se souviennent de France Gall chantant les louanges de l'ordinateur sur la Nr.3 accèdent enfin aux studios. La technique n'effraie pas ces nouveaux fauves qui hurlent leur amour du béton et de l'acier à travers l'énergie forte d'une musique qui n'hésite plus à utiliser les machines dans tous les sens possibles. L'impase punk-prolo-pub est transcendée. Leur weltanschauung n'exclue en aucun cas l'humour, noir, tueur pour certains. Les confrontations permanentes n'excluent pas non plus les fraulein qui sont à la tête de groupes de plus en plus nombreux. Des communautés intra-villes se forment, les influences ne sont pas musicales (pas de redite à l'english) mais se situent chez les surréalistes, dans l'activisme viennois (Otto Mühl) ou les écoles picturales (Neuen Wilden).

Des personnages clés animeront ce réseau triangulaire et lui donneront le maximum d'aufklarüng. Ils s'appellent Kippenberger à Berlin (peintre et boss du club So36), Alfred Hilsberg (fondateur de ZICKZACK, LE label du mouvement) à Hamburg, Kurt "Pyrolator" Dahlke (fondateur de L'AUTRE label, ATA TAK) à Dusseldorf, Muscha et Trini Trimpop (qui ont apporté la vidéo, et Toten Hausen), Franz Bielmeier et son RONDO, Peter Hein de Fehlfarben puis d'autres hommes de l'ombre comme Jaki Eldorado ou Peter Hein. Ils témoignent tous dans ce bouquin de Jürgen Teipel livré fin 2010, le plus puissant sorti de l'écurie ALLIA (consacré en grande partie à l'analyse du phénomène DAF). C'est parti. Verschwende deine jugend!

Lire la suite

DE VIERDE MAN (1983)


Lire la suite

THEMROC (1973)



Lire la suite

LA DECIMA VITTIMA (1965)


Lire la suite

KYNODONTAS (2009)


Lire la suite

SILENI (2005)


Lire la suite

36 FILMS POUR TOI

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Dédicace au blog "La Caverne des Introuvables" pour sa destruction de l'industrie cinématographique et sa mise à disposition de perles rares en version française ou sous-titrée. Des films tueurs dont j'ai ou je voulais parler, clique sur les titres pour les attraper et sur "ARTICLE" pour voir ce que j'en ai bavé.

Lire la suite

DECODER (1984)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

LE FANTÔME DE LA LIBERTÉ (1974)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

L'Enfer de Pasolini !

EX DRUMMER (2007)


Lire la suite

TAXIDERMIA (2006)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

Fernando Arrabal (1971-1975) : Panique !



Dans l'ombre de l'illuminé Alejandro Jodoroswky, on parle moins du cinéma de Fernando Arrabal, plus connu pour ses romans ou ses pièces de théâtre. Moins prétentieux et difficile d'accès que Jodoroswky, mais plus frappant visuellement, le deuxième pilier du groupe surréaliste Panique (le 3ème étant le dessinateur Roland Topor) s'en est pourtant donné à cœur joie dans la discipline. La reconnaissance de son triptyque dévastateur n'égale malheureusement pas EL TOPO (1971), ni la dimension mystique de THE HOLY MOUNTAIN (1973), mais le résultat est tellement timbré qu'il est nécessaire de s'y aventurer.


VIVA LA MUERTE (1971)



Un film engagé sans morale, c'est pas donné à tout le monde. Religion est ici synonyme de punition. L'Ancien Testament en plein dans ta face. C'est la guerre civile en Espagne et l'association curés/fascistes performe. Pédé, anar, "rouge, rouge, fils de rouge", t'as intérêt à te tenir à carreau si tu veux pas finir pendu, fusillé ou écartelé. Le sacré en prend un bon coup dans la face, et le clergé n'en parlons pas ! Franco est un tyran. Fando (sans Lys) est un enfant, et il se questionne sur les choses des grands. Pourquoi ma maitresse ne m'aime pas ? Pourquoi la milice est venu cherché papa ? Pourquoi j'ai envie de baiser maman ? Pourquoi tantine veut que je la fouette ?



Sa copine Thérèse se promène avec un dindon, ils jouent avec toutes sortes d'insectes et reptiles, eh ben dis donc. Un jour, il monte sur le toit de l'église et pisse sur la ville. C'est bien puissant. A l'image de ce curé se faisant subtiliser ses deux précieux bijoux. Un autre jour, sa mère subit une opération chirurgicale à cœur ouvert. Et un autre jour encore, elle se lave dans le sang d'un taureau. Ne mangez pas devant ce film. C'est pas ce gros porc de sergent qui me contredira. La bande son enfantine est géniale. Flashbacks psychédéliques absurdes, malaise, torture, prison, humiliations. C'est l'histoire d'un homme trahi par sa femme, pute du pouvoir. LONG LIVE DEATH.

LE GÉNÉRIQUE SIGNÉ TOPOR



J'IRAI COMME UN CHEVAL FOU (1973)



Le choc des civilisations. Le complexe œdipien. La fascination des nains. Dans la lignée d'EL TOPO, Arrabal décide de filmer dans le désert. Aden, jeune bourgeois instable et épileptique, tue sa mère. Déboussolé, il s'aventure dans le désert pour échapper à la police. Marvel est arabe. Nain. Et mange du sable. La nature lui appartient. Il domine les éléments. Il va initier Aden à son monde. Un monde simple, évident, sans stress ni problèmes. Aden tombe sous le charme. L'expérience homosexuelle qu'il va vivre sera unique. L'enquête policière tout comme les flashbacks au galop continuent leurs poussées. Mère, Christ, sexe, enfants nus. Les symboles s'affolent.



C'est l'heure d'inverser les rôles. Aden va conduire cet être pur et innocent dans le fatras de la civilisation occidentale (sous fond de chansonnette nazie!). C'est quoi l'argent ? A quoi ça sert ? Comme dans les films de Jodoroswky, une place est accordée au spectacle de rue. À nos dépends. Marvel se sent mal à l'aise dans l'appartement qu'Aden lui a offert. Ils mettent de la terre dedans et en font un jardin. Aden lui trouve une femme. Il ne sait pas quoi faire avec. Mais il ne va pas tarder à découvrir l'amour, même s'il ne saura jamais qu'elle possédait en fait un pénis ! Qui est savant ? Qui est ignorant ? La fin est hallucinante mais je la tais. Tout ça est scandaleux et merveilleux.

L'EXTRAIT



L'ARBRE DE GUERNICA (1975)



Le retour des nains ! Plus nombreux, plus vilains (n'égalant toutefois pas le record de SANTA SANGRE de Jodorowsky). Guerre civile part.2. Fiction, réalité, surréalisme. C'est encore le carnaval à l'écran. Images d'archives de guerre en pagaille. Tu croyais avoir tout vu dans VIVA LA MUERTE mais l'extase intervient après la mort. L'aristocratie fasciste a du mal à contenir le soulèvement du peuple. Des contre-opposants s'organisent, c'est la débandade complète à Villa Ramiro. IN-QUI-SI-CION. Les catholiques prennent cher. Jésus se fait sucer et se fait pisser dessus à quelques minutes d'intervalle. Dur.



L'absurdité de cette lutte politique et sanglante est mise en évidence par le fils du comte. Trentenaire surréaliste donnant dans la subversion à tous les étages. L'amour est donné par ce jeune professeur utopique, par la galoche d'anthologie entre ce prêtre et ce soldat, et aussi par cette femme qui se donne à deux nains. De toute façon, ils finiront crucifiés ou sur un taureau en bois, piqués par des banderilles dans l'arène. Alors ils ont bien raison de se faire plaisir. On ne sait plus qui complote, qui fait le bien et le mal. La confusion totale. Tout est symbolique et sujet à interprétation. La musique est classique et haut de gamme. C'est beau. C'était l'Histoire de l'Espagne, par Arrabal.

LA BANDE-ANNONCE


Les Démons de Loudun


The Devils (1971) par bordroit

THE WICKER MAN (1973)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

CALMOS (1976)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

TETSUO I & II (1988-1991)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite

ACIDE

POSSESSION (1981)


Lire la suite

SOCIETY (1989)



Lire la suite

MALEFIQUE (2003)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lire la suite