Fluoglacial - Tendances Négatives

Subcultures Subtilisées


A.C.A.B. : ALL COPS ARE BASTARDS (2012)



Voyage au bout de la nuit avec les flics d'«ACAB»

Il est certain que ce film déplaira à tous les amateurs de manichéisme moralisateur de quelque sensibilité idéologique qu'ils soient. Car ce qui prévaut dans le brillant long métrage de Stefano Sollima c'est avant tout l'ambiguïté. Ambiguïté des personnages, ambiguïté des situations mises en scène, ambiguïté du message politique et social transmis aux spectateurs...

Lire la suite

Suburbia


Playlist #30: British Hustle - The Sound of the Casuals



Part I: 1977-1983

01 - HEATWAVE - The groove line
02 - DAVID BOWIE - Sound and vision
03 - THE MEMBERS - The sound of the suburbs
04 - THE MERTON PARKAS - Face in the crowd
05 - THE UNDERTONES - Boys will be boys
06 - SPANDAU BALLET - To cut a long story short
07 - MADNESS - Baggy trousers
08 - COCKNEY REJECTS - We are the firm
09 - BEGGAR & CO - Break it up
10 - CENTRAL LINE - Walking into sunshine
11 - HEAVEN 17 - The height of the fighting
12 - WHAM! - Young guns (go for it)
13 - FREEEZ - I.O.U.
14 - KEY-MATIC - Breakin' in space
15 - OMD - Silent running


Part II: 1984-1991

01 - NEW ORDER - Thieves like us
02 - THE FARM - Hearts and minds
03 - BLUE ORCHIDS - Sleepy town
04 - ACCENT - We are lost
05 - PET SHOP BOYS - Paninaro
06 - BABY FORD - Fordtrax
07 - 808 STATE - Pacific 202
08 - THE SHAMEN - Phorward
09 - HAPPY MONDAYS - Clap your hands
10 - THE BRIDEWELL TAXIS - Whole damn nation
11 - PARIS ANGELS - Scope
12 - NIGHTMARES ON WAX - A case of funk
13 - THE STONE ROSES - Fools gold
14 - THE REAL PEOPLE - I can't wait
15 - NORTHSIDE - Shall we take a trip


CASUALS Interview with Cass Pennant & Phil Thornton

CASUALS: Fila, fists & football







"C'est à Liverpool que notre histoire débute; où comment l'association de choses aussi insignifiantes que des baskets et des coupes de cheveux idiotes a su symboliser Liverpool et les Liverpudliens et les a défini comme différents, d'une certaine façon plus cools, plus branchés et plus aguerris que n'importe qui d'autre; et comment le reste du pays a adopté et adapté ce look, comment tout ça a façonné non seulement la mode, mais aussi la musique, la politique, la vie et la mort." C'est l'accroche de Phil Thornton dans sa bible 'Casuals: The story of a terrace cult'. Journaliste forcené de 46 ans, il traîne ses Adidas entre Liverpool et Manchester depuis 30 ans et a raconté comme personne l'épopée des casuals, ces hooligans élégants, des bastons de rue aux house parties. Une interview croisée réalisée en Janvier 2012 avec en face, Cass Pennant de Londres, 53 ans et du gros répondant, tête brûlée de West Ham aujourd'hui reconvertie en consultant média. Merci pour eux. C'mon c'mon!

"And it is in Liverpool that our story begins, a story of how something as seemingly trivial as training shoes and silly haircuts came to symbolise everything that marked out Liverpool and Liverpudlians as something different, somehow cooler, more sussed and streetwise than everyone else, of how the rest of the country adopted and adapted this look, and of how it came to shape not only fashion but music, politics, life and death." This is the catcher of the Phil Thornton's bible 'Casuals: The story of a terrace cult'. A 46 years old frenzied journalist, he's been dragging his Adidas between Liverpool and Manchester since 30 years and told us like no one the epic journey of the casuals, these elegant hooligans, from street chases to acid raves. A crossed interview done in January 2012 with at the opposite, London's Cass Pennant, 53 years old and big repartee, hothead from West Ham who moved now to media consulting. Thanks to both of them. C'mon c'mon!


UN ARTICLE COMPLET SUR LES CASUALS À LIRE DANS SPRAY MAGAZINE 2.19 ACTUELLEMENT EN KIOSQUES.

LISTEN TO: BRITISH HUSTLE - THE SOUND OF THE CASUALS (1977-1991)



Lire la suite

Pastures & Terraces


NEDS (2010)


Lire la suite

AWAYDAYS (2009)



Au début, on croit à un film promotionnel pour Adidas, et ensuite on se noie très vite dans le marasme de Liverpool. Je trouve pas que ce film ressemble à CONTROL meets THIS IS ENGLAND comme l'affiche le stipule fièrement, malgré le côté esthétiquement chiant. Ça m'a plutôt rappelé 16 YEARS OF ALCOHOL. Le bad skin du film de Shane Meadows est toujours leader, Godden, d'une bande de jeunes casuals, voyous et fiers de l'être. We are evil! We are evil! We are evil! Stephen Graham est une parodie sans passé et sans charisme de Gary Oldman dans le puissant THE FIRM, le thème est ici le même : la violence dans les veines. Une des premières scènes est d'ailleurs un affrontement sous un pont, entre ces minets hooligans et une bande de skins de l'âge de leur père. Zéro crédibilité. (Pour de la bagarre plus réelle, se reporter à CASS, la biographie du célèbre hool anglais sorti l'année dernière)



Malgré le côté grotesque et le minimum syndical anglais, je te place un pub, de la bière à gogo, un surplus d'expressions du cru, des meufs chubby faciles, un port avec un paquebot, de la dépression brouillardeuse... le film est un véritable catalogue du style briton de la fin des 70's. V-neck, Fred Perry, Cagoule jackets, Crombie, Adidas tous modèles et j'en passe. La bande-son n'est pas dégueulasse non plus, THE CURE, ECHO & THE BUNNYMEN et beaucoup d'ULTRAVOX et de JOY DIVISION (forcément...). Cette obsession du style clean et de la violence à tout prix renvoie aussi au mythique film de Mods : QUADROPHENIA. (Réalisé par Pat Holden, AWAYDAYS est d'abord un livre sur l'histoire du casualisme, écrit par Kevin Sampson)



Ah oui, l'histoire. Un jeune garçon, Carty, qui se fait chier au bureau et qui vient de perdre sa mère, assiste à un vil coup de cutter au match footballistique du samedi. Lorsqu'il retrouve son auteur, Elvis (sosie d'Eminem), dans le club rock du coin, il le supplie de l'intégrer au Pack. Comme dans tous gangs, Carty va devoir faire ses preuves et va bientôt devenir un membre éminent de la banda. À côté de ça, Elvis, pédé drogué aux idées suicidaires va se rapprocher de plus en plus de Carty de façon ambiguë. Godden va se faire ouvrir la jugulaire par un lad et Carty réalisera que cette vie n'est pas pour lui. Putain c'est bidon ce scénario. Oui pour les trainies et les blousons agressifs. Oui pour les coupes de cheveu incroyables. Oui pour la musique et l'attitude. Non pour le reste.

LA BANDE-ANNONCE